170 emplois menacés chez le transporteur Tala

Jeudi 31 janvier 2013 à 07h20

La liquidation judiciaire de cette société de transport drômoise a été prononcée hier, jeudi. Le PDG va faire appel.

Le tribunal de commerce de Romans a tranché ce mercredi 30 janvier: liquidation judiciaire pour la société de transports Tala, dont le principal site est à la Roche de Glun, dans la Drôme.

Les 170 salariés risquent le licenciement même si l'affaire n'est pas terminée. Car le PDG, Antony Amaniéra, a décidé de faire appel. Il y a travaillé toute la nuit avec son avocat. Et ce jeudi matin, il estime que son entreprise est viable et il a décidé de se battre pour la sauver.

Le PDG Anthony Amaniera avec  Emmanuel Champale 

localité

Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.
valence

6
Vos réactions sur cette info

Commentaires

Hé oui, il faut bien faire vivre une holding....savez vraiment à quoi sert une holding????? lui il ne perd pas grand chose, la perte de chaque sociétes à suivi un circuit classic.... bonne journée a tous
addormentato (anonyme) @ COR (anonyme)
le tout c'est de s'interroger sur la manière dont il a pu arrivé à la tête de cette holding (capital 516000 €), qui s'est porté caution, Michel ?
Trocquet Robert (anonyme)
BON COURAGE AUX EX debeaux!!! nous avons été roulés dans la farine avec l'appui des syndicats et de la direction!!! que novarro ce retrouve au chomage !! j'ai gagné aux prud'hommes! j'ai rien laché!!
addormentato (l'endormi) (anonyme) @ Trocquet Robert (anonyme)
Ensemble vous avez la possibilité de dénoncer ce scandale, comment environ 400 emplois ont été supprimés de chez Debeaux, notre boîte ! Unissez vous !!!!
Ludovic (anonyme)
Monsieur AMANIERA a omis de vous préciser qu'il était ancien permanent FO, syndicat majoritaire chez DEBEAUX. Il a omis de vous dire, aussi, comment il s'est retrouvé à la tête de la holding CYLOG appartenant au groupe TRANSALLIANCE avant de reprendre DEBEAUX PCB en mars 2011. Quant aux 37, et non 40, derniers conducteurs du site de Livron, ils ont choisi de suivre les recommandations de leur délégué syndical lors d'une réunion organisée en étroite collaboration avec le DRH DEBEAUX, ils ont tous démissionné en signant une transaction le même jour à l'hôtel des voyageurs à Livron le 28 octobre 2011 et du même coup, perdu la totalité de leurs droits dans le cadre dans PSE. Monsieur AMANIERA ne pouvait ignorer l'importance des dossiers prud'homaux puisqu'ils ont tous étaient suivi par FO. Au lendemain de ce transfert de contrats de travail dissimulé, FO abandonnait la poursuite des dossiers aux prud'hommes. Bonne journée
Les salariés TFKM (anonyme)
Les employés de la succursale TFKM ne comprennent pas... L'entreprise a travaillé sans relâche, faisait du chiffre et les résultats nets ne reflettaient pas la réalité selon nous... alors quelles questions se poser ???? La pérénité de TFKM était là avant la reprise par le Groupe TALA. Est-ce un élément déclencheur..... 170 emplois sur la touche... Merci Patron........

Poster un nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera ni publiée ni transmise à des tiers
Votre commentaire ...
Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus.
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Les majuscules ne sont pas importantes.
Fermer

Bonjour,

Dans l’optique de l’amélioration constante de ses services, France Bleu souhaite recueillir votre avis sur l’évolution du site.

Cette enquête ne vous prendra que quelques minutes et nous permettra d’améliorer notre site afin de mieux répondre à vos attentes.

Cela vous permettra également d’être parmi les premiers à tester les nouveautés du site, en vous inscrivant à la fin de l’enquête.

L’équipe de France Bleu

Souhaitez-vous participer à cette étude ?

Votre adresse e-mail fera l’objet d’une collecte dans le cadre d’un traitement informatique ayant pour finalité de vous informer, de vous donner accès et de recueillir votre avis sur les évolutions du nouveau site de France Bleu en avant-première. Le destinataire de ces données est Radio France.
Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à la chaine France Bleu à l’adresse suivante 17/21 avenue du général Mangin – 75016 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.