Orages : réunion de crise dans l'Entre-Deux-Mers ce lundi

Lundi 05 août 2013 à 06h00

Les élus et les représentants de l'Etat n'ont pas tardé à faire les demandes d'état de catastrophe naturelle et même de calamité agricole après le passage de l'orage de grêle vendredi soir. Un chiffre circule déjà : entre 4 et 5.000 hectares détruits à 80%.

Plus une feuille ou un raisin sur les vignes certaines parcelles après le passage de la grêle Mila Ta ninga © Radio France

La réunion de crise devra d'abord répondre à cette question : quels sont les exploitants touchés et à quel degré?  
Les explications de Mila Ta ninga pour France Bleu Gironde.

La réunion de ce soir sert avant tout à dresser un premier bilan et donner la parole aux élus et viticulteurs afin de dresser une première liste des priorités. Rendez-vous 17h à Grézillac dans les locaux de l'Union Régionale Agricole de Branne-Libourne-Targon (l'URABLT).

Les maires et les élus des communes étaient les premiers sur le terrain pour constater les dégâts causés par la grêle sur les habitations, mais surtout sur le vignoble bordelais. L'orage de vendredi soir a été très violent et très localisé. Il a parcouru une diagonale de Créonnais au Castillonnais. Certains viticulteurs n'ont plus rien à produire : 100% de leurs récoltes sont détruites.

Après les élus locaux, les représentants de l'Etat (conseil général et député) leur ont rapidement emboîté le pas pour partir à la rencontre des viticulteurs touchés.

Tous ont un et même discours : "Il faut faire quelque chose"

Et ce quelque chose, c'est tout simplement la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle ou de calamité naturelle. Deux procédures de plus en plus envisagées et qui seraient bienvenues tant pour les viticulteurs que pour les administrés.

Les demandes sont parties ou presque

Les élus veulent  bien sûr connaître l'ampleur des dégâts pour mieux défendre les dossiers devant les hautes instances de l'Eta.

"L'expertise comptable sera facile : tout est détruit" (Véronique Barthe, viticultrice de 12 hectares à Daignac)

Pour d'autres, les estimations de ce qui est anéanti ou encore sur pied est moins évident. Dans tous les cas, pour les nombreux viticulteurs qui n'ont pas d'assurance grêle, ces reconnaissances pourront permettre et accélérer les aides et remboursements.

"Il ne faut pas seulement reconnaître la calamité agricole"  
Florent Boudié, député de la 10ème circonscription de la Gironde

 

Les impacts de grêles ont été si fort que les bois en sont marqués Mila Ta ninga © Radio France

localité

Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.
Bordeaux - 33000

0
Vos réactions sur cette info

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera ni publiée ni transmise à des tiers
Votre commentaire ...
Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus.
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Les majuscules ne sont pas importantes.
Fermer

Bonjour,

Dans l’optique de l’amélioration constante de ses services, France Bleu souhaite recueillir votre avis sur l’évolution du site.

Cette enquête ne vous prendra que quelques minutes et nous permettra d’améliorer notre site afin de mieux répondre à vos attentes.

Cela vous permettra également d’être parmi les premiers à tester les nouveautés du site, en vous inscrivant à la fin de l’enquête.

L’équipe de France Bleu

Souhaitez-vous participer à cette étude ?

Votre adresse e-mail fera l’objet d’une collecte dans le cadre d’un traitement informatique ayant pour finalité de vous informer, de vous donner accès et de recueillir votre avis sur les évolutions du nouveau site de France Bleu en avant-première. Le destinataire de ces données est Radio France.
Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à la chaine France Bleu à l’adresse suivante 17/21 avenue du général Mangin – 75016 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.