Yannick Francès (FDSEA Dordogne) : "On veut revenir à un bon sens paysan"

Mardi 11 février 2014 à 09h16

La pluie fait des ravages en ce moment sur les cultures. Yannick Francès, président de la FDSEA Dordogne, était l'invité de France Bleu Périgord ce mardi matin.

Yannick Francès de la FDSEA Dordogne, dans les studios de France-Bleu Périgord Julien Corbière © Radio France

Yannick Francès, invité de France Bleu Périgord ce mardi 11 février  
Yannick Francès, "On joue pas avec l'agriculture, on travaille le monde des vivants donc c'est pas une loi qui peut cadrer l'agriculture pour des années"

Il a plu deux fois plus au mois de janvier que l'an passé à la même période et ca devrait durer au moins jusqu'à la fin du mois de février. Pour les agriculteurs cette météo est catastrophique, les céréales d'automne sont en train de pourrir sous l'eau

"C'est très frustrant de voir toute cette eau noyer nos cultures et de voir que l'on ne peut rien faire, on nous empêche de faire tout ce qu'il faut pour préserver nos cultures".

— Yannick Francès

Les agriculteurs voudraient pouvoir curer les fossés, ou récupérer l'eau pour prévenir la sécheresse de l'été, mais des règlementations encadrent très strictement ces pratiques.

Pour Yannick Francès, on a perdu le bon sens paysan.

"Aujourd'hui vous voulez curer un ruisseau vous savez même pas à qui vous devez vous adresser".

— Yannick Francès

localité

Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.

1
Vos réactions sur cette info

Commentaires

Le "nouveau" bon sens paysan est destructeur!!! Les paysans ne connaissent plus leur sol, leur terroir. Comme dit juste avant, destruction des haies, curage des ruisseaux, drainage des zones humides ne conduisent qu'à des catastrophes! Et c'est la collectivité qui finance...pour l’intérêt de quelques uns. Mauvaise foi ou ignorance crasse sur le fonctionnement des sols, cours d'eau??
Mais je rigole ! Je rigole ! Etre un "leader" syndical doit déconnecter M. Francès de la réalité de terrain. Car sur le terrain, les agriculteurs savent très bien qu'ils doivent s'adresser aux DDT et DDTM et ce, partout sur le territoire français. Mais ils savent aussi que force est de constater que cela ne résoudra pas le problème des sols gorgés d'eau. Il pleut, la terre absorbe et conserve l'eau car il pleut de nouveau : rien de plus normal. Ce sera une année sans pour les céréales : je compatis à cette nouvelle et ne peut que soutenir les agriculteurs qui seront en difficulté. Mais les cours d'eau ne doivent pas être le bouc émissaire de la météo. Enfin, je rigole tellement fort quand j'entends qu'il faut revenir au bon sens paysan. C'est ce même bon sens paysan qui en Bretagne par exemple, a retiré plus de 75% des haies et talus en 20 ans, générant érosion des sols (et donc colmatage des cours d'eau par les sédiments) avec le départ de phosphore et autres macropolluants et micropolluants dans les eaux superficielles, générant accélération de la vitesse de l'eau avec pour conséquence des bourgs entiers sous les eaux dès que l'on dépasse 20mm de pluie journaliers. Alors s'il vous plait, pour retrouver le bon sens paysan, le curage des cours d'eau ne vous fera pas gagner en crédibilité, loin de là. Mais avec des positionnements tels que celui de M. Francès, peut-on encore parler de crédibilité et de bon sens paysan... Je ne pense pas.

Poster un nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera ni publiée ni transmise à des tiers
Votre commentaire ...
Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus.
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Les majuscules ne sont pas importantes.
Fermer

Bonjour,

Dans l’optique de l’amélioration constante de ses services, France Bleu souhaite recueillir votre avis sur l’évolution du site.

Cette enquête ne vous prendra que quelques minutes et nous permettra d’améliorer notre site afin de mieux répondre à vos attentes.

Cela vous permettra également d’être parmi les premiers à tester les nouveautés du site, en vous inscrivant à la fin de l’enquête.

L’équipe de France Bleu

Souhaitez-vous participer à cette étude ?

Votre adresse e-mail fera l’objet d’une collecte dans le cadre d’un traitement informatique ayant pour finalité de vous informer, de vous donner accès et de recueillir votre avis sur les évolutions du nouveau site de France Bleu en avant-première. Le destinataire de ces données est Radio France.
Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à la chaine France Bleu à l’adresse suivante 17/21 avenue du général Mangin – 75016 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.