X

Bienvenue sur francebleu.fr

Pour vous près de chez vous
France Bleu
France Bleu Béarn France Bleu Gironde France Bleu Gascogne France Bleu La Rochelle France Bleu Pays Basque France Bleu Périgord France Bleu Poitou France Bleu Champagne-Ardenne France Bleu Nord France Bleu Picardie France Bleu Haute-Normandie France Bleu Basse-Normandie France Bleu Cotentin France Bleu Besançon France Bleu Lorraine Nord France Bleu Sud Lorraine France Bleu Alsace France Bleu Elsass France Bleu Belfort Montbéliard France Bleu Armorique France Bleu Breizh Izel France Bleu Loire Océan France Bleu Maine France Bleu Mayenne France Bleu Orléans France Bleu Creuse France Bleu Touraine France Bleu Berry France Bleu Limousin France Bleu Pays d'Auvergne France Bleu Auxerre France Bleu Bourgogne France Bleu Drôme Ardèche France Bleu Isère France Bleu Pays de Savoie France Bleu Azur France Bleu Gard Lozère France Bleu Hérault France Bleu Provence France Bleu Roussillon France Bleu Saint-Etienne Loire France Bleu Vaucluse France Bleu RCFM France Bleu 107.1 France Bleu Toulouse

Réforme des rythmes scolaires : la carte des villes qui changent dès septembre 2013

Mardi 02 avril 2013 à 14h49

22,3 % des élèves seulement changeront de rythme scolaire dès la rentrée scolaire 2013. Le SNUipp dresse ce mardi un état des lieu national et départemental des établissements en fonction de leur choix d'appliquer la réforme cette année ou en 2014. S'appuyant sur cette enquête, le syndicat appelle à mieux préparer la réforme.

Moins de 30 % des départements appliquent la réforme des rythmes scolaires en 2013 - Cliquez pour agrandir © SNUIPP

Le Syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles et PEGC (SNUipp) dresse, mardi 2 avril, un état des lieux de la réforme des rythmes scolaires. Selon l'enquête du syndicat, seuls 22,3 % des écoliers passeront à la semaine de 4 jours et demi dès la rentrée 2013, les autres communes ayant massivement demandé le report pour la rentrée 2014.

Le SNUipp relève de fortes disparités entre les départements : si la grande majorité des écoles des Landes (79,5 %), de Haute Garonne (80 %), des Deux-Sèvres (84 %) ou de l'Ariège (98 %) basculent dès septembre prochain, aucun élève ne changera de rythme scolaire dans le Val de Marne ou les Hauts de Seine.

Une réforme inachevée

Pour 83,4 % des communes françaises, la réforme des rythmes scolaires n'est pas suffisament mûres, estime le SNUipp qui réclame une "réelle concertation avec les enseignants et les parents" pour adapter au mieux les structures et les organisations aux nouveaux rythmes.

Le syndicat demande également au ministère de l'Education d'appliquer systématiquement un report d'application à septembre 2014 pour les communes ou les projets ne sont pas encore "clairement" finalisés.

Retrouvez l'intégralité du rapport du SNUipp pour savoir si les principales villes de votre département appliquent la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée de septembre 2013.

1
Vos réactions sur cette info

Commentaires

Monsieur le Ministre, J'ai vu avec plaisir que les modalités de recrutement des enseignants ont été modifiées et avancées, j'espère aussi qu'ils recevront les outils nécessaires au niveau pédagogique et gestion du stress pour affronter des élèves toujours aussi peu respectueux de l'autorité et des règles de vie collective. Je n'ai vu aucune mesure pour tous ces auxiliaires qui n'ont malheureusement pas le CAPES mais qui font preuvent de leurs compétences lors des remplacements de professeurs absents. Ils ne peuvent pas bénéficier des V.A.E puisqu'ils ne cumulent pas six années consécutives de travail et cumulent au contraire des périodes longues de Pôlle Emploi malgré leur compétence à enseigner....et leur expérience sur le terrain en comparaison avec un jeune enseignant qui débute.. En Allemagne un professeur débute à 2500euros net par mois, en France cela correspond à un salaire de fin de carrière. Les heures supplementaires accordées aux enseignants ne sont pas toujours utilisées pour des remises à niveau ou dans l'intérêt de l'élève mais plutôt dans l'intérêt financier du professeur....Heures à redistribuer aux Conseillers Principaux d'Educations ou aux Gestionnaires qui eux remplissent les conditions et font vraiment BEAUCOUP d'heures suppléméntaires souvent non rémunérées.

Poster un nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera ni publiée ni transmise à des tiers
Votre commentaire ...
Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus.
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Les majuscules ne sont pas importantes.