X

Bienvenue sur francebleu.fr

Pour vous près de chez vous
France Bleu
France Bleu Béarn France Bleu Gironde France Bleu Gascogne France Bleu La Rochelle France Bleu Pays Basque France Bleu Périgord France Bleu Poitou France Bleu Champagne-Ardenne France Bleu Nord France Bleu Picardie France Bleu Haute-Normandie France Bleu Basse-Normandie France Bleu Cotentin France Bleu Besançon France Bleu Lorraine Nord France Bleu Sud Lorraine France Bleu Alsace France Bleu Elsass France Bleu Belfort Montbéliard France Bleu Armorique France Bleu Breizh Izel France Bleu Loire Océan France Bleu Maine France Bleu Mayenne France Bleu Orléans France Bleu Creuse France Bleu Touraine France Bleu Berry France Bleu Limousin France Bleu Pays d'Auvergne France Bleu Auxerre France Bleu Bourgogne France Bleu Drôme Ardèche France Bleu Isère France Bleu Pays de Savoie France Bleu Azur France Bleu Gard Lozère France Bleu Hérault France Bleu Provence France Bleu Roussillon France Bleu Saint-Etienne Loire France Bleu Vaucluse France Bleu RCFM France Bleu 107.1 France Bleu Toulouse

Les automobilistes plus touchés par la pollution que les piétons ?

Mercredi 25 septembre 2013 à 07h34

L'habitacle des voitures ne protège pas de la pollution, bien au contraire : c'est le résultat d'une étude menée par l'Association santé environnement France (Asef), publiée ce mercredi dans Le Parisien. Les conducteurs sont exposés à des émissions de particules fines et de dioxyde d'azote bien supérieures aux normes. L'association pointe notamment du doigt les véhicules qui roulent au diesel.

© MaxPPP

Être dans sa voiture, vitres fermées, climatisation allumée, c'est être dans une bulle de protection ? Détrompez-vous. C'est même le contraire, selon une enquête réalisée par l'Association santé environnement France (Asef). En réalité, l'habitacle d'une voiture, quelle que soit son modèle ou son ancienneté, laisse entrer les particules et les gaz polluants mais les évacue difficilement.

Conséquence : aux heures de pointe en agglomération, les automobilistes sont toujours exposés à des teneurs en particules fines et en dioxyde d'azote nteement supérieures aux normes fixées par l'Organisation mondiale de la santé. "Lorsque vous êtes dans votre véhicule à l'heure de pointe, vous respirez quotidiennement votre cocktail de poison", explique Patrice Halimi, chargé de l'enquête, dans les colonnes du Parisien.

Les voitures diesel dans le collimateur

Dans le collimateur de l'association se trouvent en particulier les voitures diesel : toujours dans Le Parisien, l'enquêteur Edouard Perrin explique que les taux d'oxydes d'azote sont quatre à fois plus élevés en conditions réelles que lors des tests en laboratoire, pour les voitures diesel.

La solution : aérer sa voiture le plus souvent possible, dès que l'on sort des zones les plus polluées. Ou alors, circuler à pied ou à vélo. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ces moyens de déplacement, pourtant à l'air libre, sont moins soumis à la pollution : les piétons par exemple respirent deux fois moins de dioxyde d'azote que les automobilistes.

0
Vos réactions sur cette info

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera ni publiée ni transmise à des tiers
Votre commentaire ...
Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus.
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas les lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Les majuscules ne sont pas importantes.