Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

3 ans de prison ferme après la course poursuite vendredi dans le Médoc

lundi 12 août 2013 à 18:02 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Le jeune chauffard de 21 ans avait résisté aux gendarmes pendant 30 kilomètres sur des routes fréquentées par les vacanciers. Les gendarmes avaient fait usage de leur arme pour stopper sa course. Le tribunal de Bordeaux lui a infligé 3 ans de prison ferme.

Salle d'audience au Palais de Justice de Bordeaux
Salle d'audience au Palais de Justice de Bordeaux © Radio France

Le jeune chauffard de 21 ans, qui s'était lancé dans une folle course poursuite entre Sainte-Hélène et Lège-Cap Ferret vendredi dernier, a été condamné par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une peine de 3 ans de prison pour vol de véhicule, refus d'obtempérer et trouble à l'ordre public. Le jeune homme roulait à près de 150 km/h, un vendredi après-midi, sur des routes fréquentées par des vacanciers . Il avait forcé un barrage de gendarmes. le plan "Epervier" avait été déclenché. Après une demi-heure de course poursuite, les gendarmes avaient dû faire usage de leur arme pour stopper le véhicule.

Pris dans un engrenage

Cet après-midi, devant le tribunal, il a essayé de justifier ses actes. Debout, les bras croisés, avec sur son visage un cocard à l'oeil gauche, et parfois des regards de détresse en direction de sa mère, présente dans la salle.

Selon lui, s'il ne s'est pas arrêté sur la route c'est parce qu'il savait qu'il conduisait une voiture volée . Et, une fois pris dans l'engrenage, il aurait eu peur des gendarmes quand ils ont pointé leurs armes dans sa direction.

Pour son avocat, Me André-Pierre Vergé, le jeune homme n'est pas coupable, il est malade. "Ces actes de folie, il est le premier à les regretter", dit-il. Il explique que tout serait dû à un accident de vélo survenu il y a 7 ans , le cerveau aurait été gravement endommagé, entraînant une absence de conscience des risques.

Déjà condamné pour des faits similaires

Mais cet argument de la folie ne convainc pas les juges et le procureur. Pour eux pas de doute, le jeune homme est "dangereux pour la société". Un jeune homme récidiviste. En janvier 2011, il avait déjà été condamné à 6 mois de prison ferme pour des raisons similaires. Quand le président lui demande ce qu'il a retenu de ses avertissements judiciaires, il sort la carte de la folie : "pour moi, c'est que j'ai un souci dans mon cerveau".

"Cette peine est inacceptable puisque le prévenu a des problèmes psychiatriques importants"