Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

6 mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende requis à l'encontre du député de Moselle Denis Jacquat

- Mis à jour le -
Par France Bleu Lorraine Nord

Son procès pour fausses factures et emplois fictifs s'est tenu vendredi 7 juin à Reims. Une audience fleuve dépaysée en Champagne-Ardenne qui a duré 14 heures. Pour le procureur, il y a bien eu un "système clientéliste et paternaliste" avec l'Association Mosellane d'Aide aux Personnes Agées. L'élu mosellan le conteste fermement. Le jugement a été mis en délibéré au 4 octobre.

denis jacquat député
denis jacquat député © Maxppp

Ce que la justice reproche au "bon docteur Jacquat", c'est d'avoir fait de l'Amapa, l'association d'aide aux personnes âgées, dont il était président, un outil au service de ses intérêts politiques au milieu des années 2000. L'élu mosellan le conteste mais le dossier débattu vendredi 7 juin montre une certaine confusion des genres entre ses fonctions de député et de président de l’Amapa.  

A la barre, appuyé sur une béquille, l'élu de 69 ans tente de se justifier calmement : "Mes deux fonctions étaient liées, l'une profitait à l'autre et inversement". "Il y a des limites", lui répond sèchement la président du tribunal. "Pourquoi les chargées de mission de l'Amapa rédigeaient pour vous des courriers à en-tête de l'Assemblée nationale? Certains même ne faisaient pas mention de l'amapa? ».   

"Toutes les questions concernant le 3e âge étaient redirigées vers l'amapa, c'était logique", assure le député, sans véritablement convaincre les magistrats.

Autre mélange des genres pointé du doigt par le tribunal : l'utilisation de l'imprimerie de l'Amapa pour éditer des documents qui mettaient en avant l'activité parlementaire de Denis Jacquat. "Est ce que ça faisait vraiment partie des missions de l'Amapa, qui vient en aide aux personnes âgées?" s'interroge encore la présidente.

L'Amapa fichait aussi un certain nombre de personnes. Des fichiers informatiques qui comportaient une case "sympathisant ump". Du bout des lèvres, Denis jacquat reconnait quelques erreurs mais rien de répréhensible sur le plan pénal. Le dossier mis bout à bout, l'avocat de l'Amapa a lui chiffré le préjudice à 300.000 euros.

Dans une affaire similaire, jugée aussi à Reims, Denis Jacquat a été condamné en 2011 à 10.000 euros d'amende pour abus de confiance et infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales.

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess