Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Acheter "made in France" coûterait jusqu'à 300 euros de plus par mois

mercredi 14 août 2013 à 11:13 France Bleu

L'achat de produits exclusivement fabriqués en France ferait augmenter le coût du panier moyen des Français d'environ 100 à 300 euros par mois, selon une étude du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii). Un quart de ce surcoût serait lié aux seuls articles en cuir.

Le remplacement des produits chinois représente 71% du surcoût
Le remplacement des produits chinois représente 71% du surcoût © MaxPPP

Les Français l'affirment : ils sont prêts à payer plus cher pour des produits fabriqués en France. Mais jusqu'à quel point ? Ce mercredi, le quotidien Les Echos révèle que selon une étude "du très sérieux Cepii, en moyenne, le surcoût potentiel pour acheter français serait de 1.270 à 3.770 euros par an et par ménage. Soit pas moins de 100 à 300 euros par mois ! ".

L'achat de produits fabriqués en France porterait donc un sérieux coup au pouvoir d'achat des Français. Selon la même étude, "71% du surcoût seraient imputables au remplacement des seules importations en provenance de Chine ". 

Le cuir, matière la plus chère

Dans le panier des Français, ce sont les articles en cuir, les sacs notamment, qui représenteraient le surcoût le plus important : ils seraient à l'origine de pas moins d'un quart du surcoût. Suivent les articles de petit matériel électrique (10%), et les vêtements (8%).

Lionel Fontagné, l'un des auteurs de cette étude, affirme que "la logique d'opposition entre produits importés et produits fabriqués en France ou entre industrie et service n'a pas de sens. L'enjeu pour la France est d'être suffisamment attractive et de rendre ses entreprises plus compétitives et innovantes ".