Agression sexuelle dans le métro à Lille : les témoins n'interviennent pas

Par Rafaela Biry-Vicente et Eric Turpin, France Bleu Nord vendredi 25 avril 2014 à 8:20

Le métro de Lille
Le métro de Lille © Philippe Pauchet - MaxPPP

Une jeune femme a été agressée sexuellement dans le métro de Lille mardi soir. La scène s'est déroulée devant plusieurs témoins qui ne sont pas intervenus. L'agresseur, âgé de 19 ans, a été condamné à 18 mois de prison en comparution immédiate. La justice s'interroge sur d'éventuelles poursuites à l'encontre des témoins pour non assistance à personne en danger.

18 mois de prison pour une agression sexuelle dans le métro Lillois mardi soir sur une jeune femme, une agression enregistrée par les caméras de vidéosurveillance de Transpole. Le jeune homme de 19 ans ivre au moment des faits a été condamné jeudi en comparution immédiate et placé en détention. Sa victime a subi un véritable calvaire pendant plus de 20 minutes sans qu'aucun usager n'intervienne 

Dès qu'elle entre dans la station CHR Calmette, le jeune homme ivre s'en prend à elle, il commence à la coller, la toucher, tente de l'embrasser puis la menace avec une bouteille de vodka en lui disant qu'il va la violer. La jeune femme d'une trentaine d'années arrive tant bien que mal sur le quai, et là l'agression continue devant cinq à six témoins qui ne bougent pas d'un pas d'un pouce. Quand le metro arrive, les usagers préfèrent prendre la rame derrière la jeune femme. Son agresseur continue de la toucher et il la suit à la sortie du métro en la menaçant de viol. 

Non assistance à personne en danger

La jeune femme interpelle de nombreux automobilistes avant que l'un d'entre eux ne s'arrête. Elle s'engouffre alors dans sa voiture. Mais l'agresseur se dispute avec lui. Il est finalement maitrisé par les vigiles de l'hôpital tout proche. Il a donc été condamné à 18 mois de prison. Quant aux témoins, le parquet de Lille s'interroge encore sur d'éventuelles poursuites pour non assistance à personne en danger. La police rappelle qu'il ne sont pas obligés d'intervenir mais ils peuvent au moins leur passer un coup de fil.

Partager sur :