Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alain Rousset ne veut pas croire à un abandon de la LGV vers l'Espagne

-
Par , France Bleu Gironde

Le président du Conseil Régional estime que le report du projet par la commission Mobilité 21 n'est pas inéluctable. Il attend la décision du gouvernement le 9 juillet. Il ira défendre le dossier la semaine prochaine chez le ministre des transports en compagnie, notamment, d'Alain Juppé.

TGV (illustration)*
TGV (illustration)*

C'est l'un des principaux promoteurs du projet de ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse d'un côté, Bordeaux et l'Espagne via Hendaye de l'autre. Alain Rousset, le président du Conseil Régional d'Aquitaine a pris note des préconisations du rapport de la commission Mobilité 21. Mais il ne désarme pas .

La commission, présidée par le député socialiste Philippe Duron, met en avant les contraintes budgétaires et l'importance d'investissements sur des transports de proximité pour recaler la plupart des projets de lignes TGV actuellement lancés. La ligne Bordeaux-Toulouse est l'une des exceptions puisqu'elle est maintenue d'ici 2030. En revanche, le barreau vers le Pays Basque Boreaux-Hendaye est renvoyé à plus tard. ce qui ne se justifie en aucun cas selon Alain Rousset.

"Les collectivités d'Aquitaine ont déjà financé Bordeaux-Tours. Que se passerait-il si la suite du chantier était mise en cause. Il y a des risques énormes de contentieux. Ou alors de retrait de financements"

Alain Rousset a déjà rendez-vous mardi prochain en compagnie des élus aquitains dans le bureau du mnistre des Transports Frédéric Cuvilier. Il espère bien que le gouvernement ne va pas s'arrêter à ce rapport.

"Je ne suis ni en colère, ni abattu. C'est un projet indispensable. J'attends un signe pour ne pas désespérer l'Aquitaine et éviter des réactions beaucoup plus dures"

Vincent Feltesse, le président de la Communauté Urbaine de Bordeaux, a rencontré mercredi Philippe Duron, le député socialiste président de la commission Mobilité 21. Il dit comprendre les objectifs développés dans ce rapport. En revanche, il regrette les occasions manquées de financements européens pour le projet transfrontalier vers l'Espagne.

"Bordeaux-Hendaye paie aussi l'hostilité forte dans le Pays Basque"

Alain Juppé, le maire de Bordeaux, dénonce aussi l'analyse effectuée par la commission Duron. Il estime qu'économiser sur "des infrastructures qui procurent du travail à nos entreprises" est une erreur .

"Ce n'est pas acceptable même si je comprends les contraintes"

La seule voix qui s'élève pour saluer ce rapport, c'est celle des écologistes . La Sepanso, l'association environnementale espère même que le gouvernement ira jusqu'à abandonner la ligne Bordeaux-Toulouse.

"Nous ne pouvons qu'être rassurés et satisfaits"

Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre, a indiqué qu'il partageait les objectifs de la commission Mobilité 21. Le gouvernement doit rendre ses arbitrages le 9 juillet prochain.

Alain Rousset : "Il y a des risques de contentieux gigantesques"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu