PHOTOS - Les vestiges de deux maisons romaines aux décors remarquables découverts dans le centre de Nîmes

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu
Les fouilles préventives ont duré de septembre à février - C Gleize - Inrap

Deux "domus" ont été mises au jour sur le périmètre du chantier d'un promoteur immobilier privé à quelques dizaines de mètres de la Maison Carrée, a annoncé ce lundi l'Institut national de recherches archéologiques préventives.

Les vestiges de deux maisons romaines aux décors remarquables ont été découverts dans le centre de Nîmes au cours d'un chantier de fouilles préventives mené à partir de septembre et jusqu'au 12 février, a annoncé ce lundi l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Les archéologues, qui ont travaillé sur le périmètre du chantier d'un promoteur immobilier privé, ont mis au jour ces deux "domus" du 1er siècle a l'angle des rues Godin et Fernand-Pelloutier, dans le quartier du forum de Nemausus, le nom de la cité antique de Nîmes, à proximité de son temple, connu aujourd'hui sous le nom de "Maison Carrée", précise l'Inrap dans un communiqué.  

Le plan de ces deux demeures (plusieurs centaines de m² chacune) dépasse le périmètre du chantier, comme c'est souvent le cas pour les fouilles préventives. Mais, dans l'un des deux bâtiments, une pièce de réception a pu être mise au jour dans sa quasi-totalité et des enduits peints qui ornaient les parois ont été découverts effondrés au sol.

"_Sur leur face peinte, ces enduits présentent un décor classique à grands panneaux rouges et inter-panneaux noirs accueillant des candélabres raffiné_s", souligne l'Inrap, parlant d'un type de composition correspondant "à une mode très présente en Gaule romaine au Ier siècle de notre ère".   

Le béton de sol associé à ces enduits présente un décor géométrique en nid d'abeille fait de tesselles noires. Dans le grand axe de la pièce, ce pavement comprend un tapis en "opus sectile" - un revêtement de plaquettes de marbre de teintes et de provenances diverses dessinant un damier.

"Le choix du marbre pour enrichir le décor incite à attribuer cette domus à un notable de la cité antique de Nîmes", estiment les archéologues. Ces marbres de couleurs, assemblés par un artisan spécialisé, proviennent de l'ensemble du pourtour méditerranéen : Afrique du Nord (Tunisie), Italie,  Grèce ou encore Asie mineure. Et d'autres vestiges relèvent également d'un niveau de luxe certain, notamment des pièces avec des systèmes de chauffage par le sol ou des bassins d'agrément dans les jardins intérieurs. 

Un tapis en "opus sectile", un revêtement de plaquettes de marbre de teintes et de provenances diverses dessinant un damier - B Houix - Inrap
Un des ornements végétalisés du décor peint de la pièce de réception - Bertrand Houix, Inrap