Agriculture – Pêche

Sommet de l'élevage : un bon accueil pour le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert

Par Lauriane Havard, France Bleu Pays d'Auvergne vendredi 6 octobre 2017 à 19:22

Au-delà d'une fréquentation record (93 000 visiteurs), l'édition 2017 s'est déroulée sans grandes tensions. Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a pu déambulé pendant plus de deux heures dans les allées du Sommet pour entendre les inquiétudes des éleveurs. Une visite plutôt apaisée.

Le Ministre ne le savait pas en repartant de Cournon d'Auvergne, mais l'édition 2017 du sommet de l'élevage s'es soldé par une fréquentation record. Les organisateurs revendiquent 93 000 visiteurs. Soit 5000 de plus que l'an dernier. L’édition 2018 accueillera le concours national de la race Salers les 3, 4 et 5 octobre. Dès 9h30 ce vendredi, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert est allé à la rencontre des syndicats agricoles, des producteurs de lait ou encore des éleveurs et de leurs bêtes. Si il n'y a pas eu de bousculades, les professionnels n'ont pas hésité, en revanche, à exprimer les difficultés qu'ils rencontrent au quotidien.

Le ministre de l'Agriculture au côté du président du Sommet de l'élevage Jacques Chazalet © Radio France - Lauriane Havard

C'est pas acceptable qu'aujourd'hui on achète une brique de lait à 1 euro et que l'agriculteur touche simplement 30 centimes - parole d'éleveur

"On compte sur vous Mr le ministre!" Cette phrase on l'a souvent entendu dans les allées du Sommet. Parmi les sujets brûlants, les éleveurs s'inquiètent des prix actuellement pratiqués sur les produits agricoles. "C'est pas acceptable qu'aujourd'hui on achète une brique de l'ait à 1 euro et que l'agriculteur touche simplement 30 centimes" déclare un éleveur à l'adresse du ministre. Stéphane Travert explique alors qu'un travail est en cours pour régulariser les prix grâce à la tenue des Etats Généraux de l'Alimentation. Le président de la République Emmanuel Macron devrait s'exprimer sur ce sujet le 11 octobre prochain.

Le ministre de l'agriculture a goûté le Salers, l'un des fromages AOP d'Auvergne © Radio France - Lauriane Havard

Défendre la filière bovine française

Le ministre a voulu rassurer les éleveurs à propos de la polémique sur les quotas d'importation de la viande en Europe. La Commission Européenne a récemment proposé d'attribuer aux pays d'Amérique du Sud un quota d'importation de 70.000 tonnes de viande bovine. Les éleveurs sont, eux, inquiets car cela représente une menace sur le marché français."Je ne suis pas du tout d'accord avec la méthode et je suis justement là pour défendre et soutenir la filière française" a indiqué le ministre.

Si la visite du ministre s'est passée dans le calme, l'après-midi a été un peu plus agitée puisque des militants "écologistes et animalistes" de l'associaton "Earth Resistance" ont été délogés manu militari par les CRS, alors qu'ils bloquaient l'accès routier à la grande halle d'Auvergne.