Climat – Environnement

Côte-d’Or : qui est le mystérieux acheteur du Bois de Corton ?

Par Christophe Tourné et Élisa Brinai, France Bleu Bourgogne lundi 23 janvier 2017 à 23:57 Mis à jour le lundi 23 janvier 2017 à 20:07

La question résonne comme le titre d’un bon roman. Loin de la fiction c’est la question bien réelle que se posent ce lundi les présidents des Appellations Pernand-Vergelesses, Aloxe-Corton, Ladoix, Corton et Corton Charlemagne et des Hautes-Côtes.

Que va devenir le bois de la colline de Corton ?

La colline de Corton est située au nord de Beaune et elle est balisée par trois villages : Ladoix-Serrigny, Aloxe-Corton et Pernand-Vergelesses, des noms qui sonnent forcément aux oreilles des amateurs de bons vins. Ces communes disposent chacune de leur appellation village et de leurs premiers crus. Elles partagent 150 hectares classés en grand cru : Corton et Corton-Charlemagne.

Pourquoi est-il important ?

Ce bois appartient au patrimoine paysager et même culturel de la côte de Beaune. La butte de Corton connue dans le monde entier est emblématique de la Bourgogne et fait partie des climats inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2015.

Il contribue en effet au caractère exceptionnel du site et du territoire. Mais il a aussi et surtout, un impact majeur sur les climats des parcelles de vigne qui le jouxtent en les protégeant des intempéries.

Le bois régule l'humidité de l'air et il absorbe une partie des eaux de pluie. Il y a aussi moins de vent en bordure de forêt. C'est important pour la qualité des Cortons-Charlemagne

- Boris Champy, plus grand propriétaire sur la colline de Corton

Pourquoi les élus sont-ils inquiets ?

Le bois de la colline de Corton est aujourd’hui en vente et un acheteur se serait déclaré, mais inconnu et prêt à mettre une somme exorbitante, selon le bruit qui court. Alors que le bois avait été vendu 100 000 euros à son actuel propriétaire, le nouvel acheteur pourrait l'acquérir pour 1,4 millions d'euros sur la table.

Il n'y a aucun intérêt à payer un bois aussi cher, donc c'est pour cela que c'est bizarre. On se dit que quelqu'un qui met autant d'argent dans un bois, c'est qu'il a une idée pour le rentabiliser.

- Françoise Arpaillange, Présidente de l'ODG de Pernand-Vergelesses

Le rentabiliser comment? C'est la question qui préoccupe les présidents des appellations d’origine contrôlée et les Maires des communes concernées. Ils craignent que le futur propriétaire du bois en défriche une grande partie pour planter des vignes. "Même s'il n'est sont pas d'origine contrôlée, le vin produit pourrait se vendre une fortune. Rien qu'en jouant sur le fait qu'il vient de la colline de Corton", explique Françoise Arpaillange.

A ce jour les intentions précises du futur acquéreur restent inconnues. Les élus et les viticulteurs veulent seulement alerter pour montrer qu'ils surveillent leur bois et qu'il ne faut pas en faire n'importe quoi. Le Maire de Pernand-Vergelesses veut faire adopter un Plan Local d'Urbanisme sur sa commune, pour classer le bois de Corton en zone protégée.