Culture – Loisirs

Après Facebook, Amazon censure "L'Origine du Monde" de Gustave Courbet

Par Christophe Beck, France Bleu Besançon et France Bleu lundi 21 mars 2016 à 18:35

L'Origine du monde du Comtois Gustave Courbet n'est pas en odeur de sainteté auprès des géants du net. Après Facebook et Picasa, le site de vente en ligne Amazon a retiré en janvier la couverture d'une réédition du livre de Thierry Savatier, qui figurait pourtant à son catalogue depuis 2008.

C'est la quatrième édition de l'ouvrage de Thierry Savatier consacré au célèbre tableau de Gustave Courbet, L'Origine du monde, un livre édité pour la première fois en 2006. Quatrième et sans doute celle de trop, puisque pour la première fois, Amazon a décidé début 2016 de censurer la couverture du livre qui présente sur la moitié de sa "une" le fameux sexe de femme peint par l'artiste comtois.

L'éditeur Bartillat s'en est ému auprès du site de vente en ligne qui a accepté de remettre la couverture du livre, mais cette fois-ci amputée de l'image incriminée, expliquant que cette couverture ne respectait pas les "règles de validations" d'Amazon. L'auteur, Thierry Savatier s'en étonne, car dans ses précédentes éditions, le tableau figurait déjà sur la "une", dans un format plus restreint certes. Et cette "une" n'avait posée aucun souci pour Amazon. Cet épisode inspire à Thiery Savatier ce commentaire sur son blog :

Amazon assimile L'Origine du monde, toile accrochée depuis 1995 sur les cimaises du musée d'Orsay, à une image pornographique, dès lors qu'elle occupe la moitié de la couverture d'un livre".

Thierry Savatier s'étonne d'autant plus de cette mutilation que le même site propose plusieurs reproductions de haute qualité du fameux tableau de Courbet (sur papier ou sur toile). Et l'internaute a même la possibilité de zoomer sur la fameuse reproduction.

La reproduction du tableau de Courbet a plusieurs fois été censurée sur les réseaux sociaux. En février 2016, la justice française s'est déclarée compétente pour juger un cas de censure sur Facebook, même si l'entreprise américaine affirme déprendre du droit américain.