Économie – Social

Creuse : les associations et petites communes s'inquiètent de la suppression de la réserve parlementaire

Par Marc Bertrand, France Bleu Creuse et France Bleu mardi 1 août 2017 à 19:16 Mis à jour le mardi 1 août 2017 à 21:35

L'Assemblée nationale a voté vendredi dernier la suppression de la réserve parlementaire. Pour notre département, c'est une manne d'un demi-million d'euros qui pourrait s'envoler. Associations et petites communes rurales sont inquiètes.

Une manne d'un demi-million d'euros qui va peut-être s'envoler pour notre département ! L'Assemblée nationale a voté vendredi dernier la suppression de la réserve parlementaire. 200 000 euros par an environ pour le député de la Creuse, et 150 000 euros pour chacun de nos deux sénateurs, qui permettent chaque année aux parlementaires du département de distribuer à leur guise des subventions aux associations et aux petites communes pour les aider à réaliser leurs projets.

Les associations s'inquiètent

La loi n'est pas encore définitivement adoptée. Mais la majorité semble déterminée à supprimer la réserve parlementaire au nom de la lutte contre le clientélisme et les pratiques électoralistes de certains élus en France dans leur choix de privilégier tel ou tel projet. Mais les associations qui en bénéficient sont très inquiètes, comme le président de la banque alimentaire de la Creuse, Alain Gravillon.

Pour la Banque alimentaire, la réserve parlementaire était de 3.000 euros, la supprimer c'est pénalisant. Elle venait pallier la déficience de certains organismes d'Etat qui ne jouent pas le jeu du soutien financier à la structure. Moi si je ne peux pas tourner financièrement, à terme la Banque alimentaire pourrait fermer" - Alain Gravillon

En Creuse, les petites communes pénalisées ?

Dans notre département, ce sont surtout les petites communes qui s'inquiètent. Jacqueline Dedet, maire de Mourioux-Vieilleville, 500 habitants, a reçu 20 000 euros pour rénover sa salle polyvalente, vieille de 40 ans. Sans ce coup de pouce financier, elle aurait dû emprunter la somme auprès des banques. Pour elle, la fin de la réserve parlementaire, c'est "continuer à étrangler les petites communes rurales". Mais le député de la majorité présidentielle élu en Creuse, Jean-Baptiste Moreau, se veut rassurant.

Le gouvernement s'est engagé à sanctuariser la somme de la réserve parlementaire. Et il y aura des dispositifs pour réorienter des financements en direction des communes défavorisées en milieu rural" - Jean-Baptiste Moreau

Le problème, pour la maire de Mourioux-Vieilleville c'est qu'appeler son député pour demander de l'aide, c'était très simple ! S'il y a un nouveau système pour attribuer des subventions aux communes, elle craint que cela ne se transforme en usine à gaz.

Les petites communes comme la mienne, on n'a pas de personnel pour constituer ces dossiers qui sont longs et complexes. Les seuls avantagés ce seront les initiés et les grosses collectivités qui ont les moyens d'avoir du personnel dédié !" - Jacqueline Dedet

Pour le moment, ce nouveau système de subvention reste une simple promesse du gouvernement. Il doit être défini à la rentrée, dans la prochaine loi de finances.