Dialogue social, avenir de Renault... L'inquiétude des syndicats de la SOVAB à Batilly

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine
Les représentants syndicaux de la SOVAB, après la distribution de tracts © Radio France - Thomas Lavaud

Les syndicats de la SOVAB, à Batilly, ont occupé des ronds-points, distribué des tracts et fait signer une pétition réclamant le retour du dialogue social au sein de l'usine. Action menée quelques heures avant un CSE central évoquant le plan d'économie de 2 milliards prévu par Renault.

Les syndicats de la SOVAB s'inquiètent. 

Dès l'aube ce mardi, et régulièrement au long de la journée, la CFDT, la CGT et Sud Automobile ont occupé des ronds-points autour de l'usine SOVAB de Batilly (Meurthe-et-Moselle) d'où sortent chaque jour un peu plus de 700 Renault "Master". 

Sur les tracts distribués, et la pétition qu'ils ont fait signer, la demande d'un meilleur dialogue social. "Le directeur tape sur les doigts de ses subordonnés de façon incessante et perpétuelle et fait en sorte que cette pression redescende jusqu’aux opérateurs" est-il écrit sur le tract de l'intersyndicale.

"Bloquer un rond-point, ce n'est valorisant ni pour la direction, ni pour la direction, explique Dominique Leclaire, secrétaire général Sud Automobile, au micro de France Bleu Lorraine. On est pour le dialogue. Aujourd'hui, il n'y en a plus. Le seul moyen qu'on a, c'est le blocage."

Contactée, la direction explique que le dialogue n'a jamais été rompu. Que des rencontres ont lieu régulièrement, notamment lors de CSE. Le prochain est prévu ce mercredi midi, et doit aborder la question de l'équipe de nuit.

131.000 ventes de Master espérées en 2021

Un silence dénoncé alors que les syndicats attendent de savoir quelles seront, localement, les conséquences du plan d'économie de deux milliards d'euros décrété par le constructeur.

ll y a bien la perspective de voir arriver la fabrication du Renault "Trafic", actuellement assurée à Sandouville (Seine-Maritime) mais, si elle aboutit, ce ne sera pas avant trois ou quatre ans. En attendant, les syndicats craignent pour le maintien de l'emploi à Batilly, site qui a perdu 200 postes permanents en quatre ans. Ils sont aujourd'hui 1.700 à y travailler, sans compter 5 à 600 intérimaires et CDD.

La crise sanitaire a fait passer à 122.000 les prévisions de ventes de Renault "Master" cette année. Et les objectifs pour 2021 sont à peine plus ambitieux : 131.000 ventes espérées. A cela s'ajoute la fin programmée de la production pour Opel d'ci un an. En 2019, 148.000 véhicules avaient été produits à Batilly.