Éducation

"Euthanasiez-vous si les postes ne vous conviennent pas", lâche la DRH à des profs au lycée Jean-Moulin de Béziers

Lycée Jean Moulin © Maxppp - PIERRE SALIBA

Des enseignants se disent outrés après les propos déplacés tenus par le rectorat de l'académie de Montpellier. Lors d'une réunion au lycée Jean-Moulin de Béziers, la DRH leur a conseillé de penser à l'euthanasie si les reconversions proposées ne leur convenaient pas. Un humour déplacé, surtout ici.

Une délégation syndicale est reçue ce jeudi à 10h30 au rectorat de l’académie de Montpellier après les propos (très) déplacés tenus par la directrice des ressources humaines. En février 2019, cette dernière recevait au lycée Jean-Moulin de Béziers une cinquantaine d’enseignants venus de plusieurs départements de la région Occitanie (Hérault, Aude, Pyrénées-Orientales). 

Ces postes de gestion-administration doivent disparaître dans le cadre de la nouvelle réforme de l'Education nationale. Quand un enseignant lui demande si d’autres possibilités existent en cas de désaccord sur la reconversion proposée, la DRH tente de faire de l’humour : "Pensez à l'euthanasie."

Cet humour totalement déplacé a bien du mal à passer. Surtout dans cet établissement Biterrois, l’un des plus grands de France, mais aussi en raison du nombre de suicides élevés, déjà dénoncé par France Bleu Hérault. Depuis l’été dernier, deux personnes ont mis fin à leur vie au lycée Jean Moulin à Béziers (six depuis 2008 dans ce même établissement)

"Voilà une nouvelle preuve de la méconnaissance de la DRH des problèmes  psychologiques dans cet établissement."

L'humour ne passe pas. Un cynisme déploré par "Action et Démocratie CFE-CGC". Les enseignants se disent mal à l'aise. Le suicide est un sujet très sensible dans cet établissement.

La pilule a bien du mal à passer 

Ces propos seraient sans doute passés inaperçus dans un autre établissement. Et encore. Ce comportement est dénoncé par Gérard Lenfant, le porte-parole du syndicat "Action et Démocratie CFE-CGC" qui a déjà porté plainte contre le ministère de l'Education Nationale pour mise en danger d'autrui après la multiplication des suicides en France.

"On se demande à quel moment l'Éducation nationale va s'emparer de ce problème au lycée Jean-Moulin. Cette déclaration a une connotation très particulière dans cet établissement. C'est une agression psychologique." 

Le  syndicat n'exclut pas de porter plainte en fonction de la réunion prévue ce jeudi au Rectorat qui présente dans un communiqué toutes ses excuses aux personnes choquées et parle d'une vraie maladresse de la directrice des ressources humaines. Mais le mal est fait.

Ces propos regrettables ont été tenus en février 2019 devant une assemblée prévenue de leur teneur humoristique, en décalage avec la réunion en cours.  Ils ont été tenus sans volonté de nuire, ni de heurter.