Éducation

Tirage au sort à l'université : "il faut mettre fin à l'hypocrisie" pour Manuel Tunon de Lara (université de Bordeaux)

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde vendredi 22 septembre 2017 à 9:53

Invité de France Bleu Gironde ce vendredi matin, le président de l'université de Bordeaux prend acte de la décision de la cour d'appel l'obligeant à réintégrer trois bacheliers en STAPS mais estime que l'hypocrisie demeure.

C'est une décision en référé qui était très attendue par les centaines d'étudiants partout en France qui ont été recalés par le système des tirages au sort : la cour d'appel de Bordeaux a donc décidé la réintégration des trois bacheliers qui contestaient la légalité du système de tirage au sort. Le président de l'université de Bordeaux va donc les réinscrire mais estime que le problème de fond n'est en rien réglé. "Il faut mettre fin à l'hypocrisie" a-t-il réagi ce vendredi matin sur France Bleu Gironde.

Lever le tabou de la sélection à l'université

Plus globalement, le problème du tirage au sort en STAPS fait écho à celui de la sélection à l'université. "A Bordeaux comme ailleurs, les amphis sont aussi bondés de jeunes qui n'ont rien à y faire" estime Manuel Tunon de Lara. "Ces jeunes" poursuit-il "il faut mieux les accompagner au collège et au lycée afin qu'ils trouvent leur voie avant".

Sur cette question de la sélection à l'université, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal doit faire des annonces très attendues dans le courant du mois d'octobre.

A LIRE AUSSI

L'université de Bordeaux obligée d'intégrer 3 bâcheliers en STAPS