Faits divers – Justice

Affaire Grégory : les enquêteurs sur la piste d'un crime collectif

Par Cédric Lieto, France Bleu Bourgogne, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu dimanche 10 septembre 2017 à 12:09 Mis à jour le dimanche 10 septembre 2017 à 16:35

Combien de personnes ont participé à l'enlèvement et au meurtre du petit Grégory Villemin, retrouvé ligoté dans la Vologne le 16 octobre 1984 ? Le journal du dimanche s'est procuré un rapport des gendarmes. Rapport qui évoque une hypothèse, celle d'un crime collectif. Explications.

Qui a enlevé puis tué le petit Grégory Villemin, retrouvé dans la Vologne le 16 octobre 1984 ? Il n'y aurait pas un auteur mais plusieurs indique un rapport de gendarmerie daté du 10 mai 2017 et consulté par le Journal du dimanche. Un rapport qui serait à l'origine des investigations de l'été dernier et qui permet de mieux comprendre les auditions et les mises en examen de Murielle Bolle, et des époux Jacob, grand-oncle et grande tante de l'enfant, pour enlèvement et séquestration suivie de mort. Les gendarmes évoquent une hypothèse, celle d'un crime collectif.

Deux équipes selon les gendarmes

Il y aurait donc eu deux équipes, l'une pour enlever l'enfant du couple Villemin, une autre pour l'assassiner. Et pour cause, les gendarmes doutent de la participation au meurtre de Bernard Laroche, un temps inquiété puis tué par le père de Grégory. En revanche, ce rapport tend à prouver que l'homme accompagné de Murielle Bolle a bien enlevé l'enfant. Ces deux là seraient "les maillons d'un plan plus global" écrivent les enquêteurs. Etaient ils au courant de la suite ? Les gendarmes vont jusqu'à envisager une manipulation de Bernard Laroche.

Qui a tué l'enfant ?

Mais alors qui a tué Grégory Villemin ? Les auteurs du rapport avancent deux noms, Marcel et Jacqueline Jacob , grand-oncle et grand- tante de l'enfant. Deux personnes mises en examen pendant l'été qui voueraient une haine inconsidérée contre le clan Villemin. Des suspects qui auraient pu effectuer des repérages et identifier le meilleur moment pour enlever Grégory. Durant leurs auditions, les époux Jacob ont nié ou se sont tus. Leur alibi semble fragile tout comme le dossier d'instruction : il n'y a aucun aveu, ni preuve matérielle de ce qu'avancent aujourd'hui les enquêteurs.

© Visactu -