Faits divers – Justice

Bonbonnes de gaz à Paris : trois hommes mis en examen et écroués

Par Julien Baldacchino et Valérie Massip, France Bleu Paris et France Bleu vendredi 6 octobre 2017 à 18:46 Mis à jour le samedi 7 octobre 2017 à 9:35

Une semaine après la découverte, dans la nuit de vendredi à samedi, de bonbonnes de gaz au pied d'un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, trois hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

Une semaine après la découverte par des policiers de quatre bonbonnes de gaz au pied d'un immeuble situé rue Chanez, dans le XVIe arrondissement de Paris, les enquêteurs n'ont pas encore réussi à déterminer pourquoi cet immeuble en particulier avait été choisi pour cible d'une "tentative d'attentat dont les conséquences humaines et matérielles auraient pu être dramatiques", a déclaré ce vendredi le procureur de la République François Molins, lors d'une conférence de presse à ce sujet.

Les policiers prévenus par un habitant

Les policiers ont été prévenus aux alentours de 4h30 par un habitant de l'immeuble alerté par "un sifflement correspondant à l'ouverture d'une bouteille de gaz" ainsi que par une forte odeur d'hydrocarbures. Ils y ont trouvé quatre bonbonnes et un dispositif d'allumage formé d'un téléphone portable relié via un amplificateur. Les investigations des policiers ont montré que quelques minutes plus tôt, trois tentatives d'allumage infructueuses avaient été effectuées, par un téléphone portable détecté à proximité immédiate de l'immeuble.

L'ADN du suspect numéro un de cette tentative d'attentat a été retrouvé sur plusieurs objets : il s'agit de Aymen B., fiché S depuis 2016 "en raison de son prosélytisme pro-Daech", selon François Molins. "Il avait fait l'objet d'un contrôle par des CRS sur la N118 alors qu'il faisait sa prière sur la bande d'arrêt d'urgence en compagnie d'un autre individu, Amine A", ajoute le procureur, indiquant que ce deuxième individu a lui aussi été interpellé le 2 octobre dernier, tout comme plusieurs membres de l'entourage de Aymen B, dont son cousin Sami.

Trois suspects mis en examen

Trois personnes, "Aymen B., Sami B. et Amine A, ont été déférées" ce vendredi auprès de la section antiterroriste du parquet de Paris pour être présentés dans la soirée à un juge d'instruction qui a donc décidé de les mettre en examen et de les placer en détention provisoire. Ces trois individus ont contesté leur implication et refusé à plusieurs reprises de répondre aux questions des enquêteurs" a expliqué le procureur ce vendredi.

Les suspects retenus avaient été déférés pour les chefs de "tentative d'assassinats en bande organisée", "tentative de destruction par un moyen dangereux en bande organisée", "détention et transport d'engins explosifs en bande organisée", le tout en relation avec une entreprise terroriste, et "participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle". Deux autres hommes et une femme, qui avaient été placés en garde à vue, ont été relâchés.

Les perquisitions qui ont eu lieu dans le cadre de l'enquête ont permis de retrouver du matériel informatique, des masques intégraux, mais aussi un téléphone portable dans lequel avait été insérée la carte SIM qui a été retrouvée sur les lieux de la tentative d'attentat, et une carte Total ayant permis d'acheter cinq achats de gaz vendredi 29 septembre dans deux stations service différentes.