Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : un contrôle de police violent envers un bénévole du Secours Populaire à Montpellier ?

-
Par , France Bleu Hérault
Le contrôle aurait été effectué par la PAF, la police aux frontières © Maxppp - Gilles Bader

La Ligue des droits de l'homme affirme qu'un homme qui effectuait du bénévolat pour le Secours Populaire aurait été contrôlé de manière musclée. Les policiers démentent toute violence et affirment que l'homme s'apprêtait à prendre le train et n'était pas en règle.

La Ligue des droits de l'homme affirme ce lundi dans un communiqué qu'un contrôle de police aurait mal tourné lundi dernier devant la gare de Montpellier Saint-Roch. Un contrôle d'attestation de circulation effectué dans le cadre du confinement. Un bénévole au Secours Populaire aurait été insulté et malmené physiquement.

"Le policier a jeté ses papiers d'identité par terre, lui reprochant de rompre le confinement."

Selon l'association, le bénévole avait bien son attestation dérogatoire, son ordre de mission nominatif signé par le responsable du Secours Populaire et ses papiers d'identité. 

Mais le contrôle aurait dégénéré. "Un premier policier l’agresse verbalement, lui hurlant dessus et postillonnant, et jette ses papiers d’identité par terre lui reprochant de "rompre le confinement". Il est aussitôt relayé par l’un de ses collègues qui le pousse violemment et le fait tomber en arrière contre la poignée d’une des portes d’entrée de la gare où il se cogne et se fait très mal."

Les policiers lui auraient ensuite notifié une amende sans lui fournir de récépissé. Selon la LDH, cet homme est l’un des 60 bénévoles participant à la plateforme d’aide alimentaire mise en place pour répondre à l’urgence de la crise sanitaire causée par le Covid-19,  avec le soutien de la préfecture de l’Hérault et de la ville de Montpellier. 

"Cet homme a refusé de se soumettre au contrôle et il n'était pas en règle".

De leur côté les policiers expliquent que cet homme avait certes une attestation dérogatoire et un ordre mission, mais qu'il s'apprêtait à prendre le train, ce qui n'était pas justifié dans le cadre de sa mission humanitaire. "Cet homme s'est énervé, a refusé le contrôle, il a fallu le rattraper par le bras, mais il n'y a eu aucune violence" explique Yann Bastière du syndicat Unité SGP Police.

"Nous regrettons que dans les circonstances actuelles, la police soit une fois encore montrée du doigt alors que nous ne sommes là pour faire respecter le confinement et assurer la sécurité sanitaire de la population"

Le bénévole aurait déposé plainte auprès de l'IGPN, de la gendarmerie et du procureur de la République avec un certificat médical faisant état d’une ITT de cinq jours. Il demande aussi la réquisition des caméras de surveillance afin de conforter ses dires. 

Les policiers restent sereins "la vidéo surveillance va en effet permettre de faire toute la lumière sur cet incident". De son côté, le parquet de Montpellier explique ne pas avoir encore reçu la plainte, tout en précisant qu'il n' y a rien d'anormal à cela compte tenu des délais de La Poste et des délais de traitement au tribunal, à cause du confinement.