Faits divers – Justice

Attentat de Londres : un Français parmi les tués, deux autres toujours portés disparus

Par Thibaut Lehut, France Bleu lundi 5 juin 2017 à 8:31 Mis à jour le lundi 5 juin 2017 à 19:30

Le groupe État islamique a revendiqué ce lundi l'attentat commis à Londres samedi, via un communiqué de son agence de propagande. La France a annoncé dimanche qu'un de ses ressortissants avait été tué. Jean-Yves Le Drian annonce ce lundi que deux autres Français sont portés disparus.

L'attentat à Londres samedi soir a été commis par "une unité de combattants de l'Etat islamique", a rapporté l'agence de propagande de l'État islamique dans un communiqué diffusé lundi. Le dernier bilan de ces attaques fait état de sept morts et des dizaines de blessés, selon les autorités britanniques.

Un Français tué, deux autres portés disparu, huit blessés

Parmi ces victimes, un Français. C'est ce qu'a annoncé Jean-Yves Le Drian dimanche depuis Tunis. Le Français tué dans l'attentat était serveur dans un restaurant dirigé par un Breton près du quartier de Borough Market et avait des attaches familiales en Bretagne, à Saint-Malo, selon le maire de cette commune d'Ille-et-Vilaine. Ce lundi, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé que deux autres Français étaient portés disparus, lors d'une conférence de presse à Londres. Par ailleurs, huit Français sont blessés, dont quatre dans un état grave.

Par ailleurs, Jean-Yves Le Drian précise que deux français légèrement blessés sont sortis de l'hôpital ce lundi. "Tous les Français blessés ont reçu une visite des services consulaires" a souligné le chef de la diplomatie française. Plus tôt, le ministre et Marielle de Sarnez, la ministre déléguée aux Affaires européennes, ont rencontré les familles des victimes françaises à l'ambassade de France.

Nouvelles arrestations

À Londres, l'enquête se poursuit après ce troisième attentat en moins de trois mois. La police a procédé à deux nouvelles perquisitions ce lundi à l'aube, "l'une à Newham et une autre à Barking". "Un certain nombre de personnes ont été arrêtées", ont précisé les autorités sans donner plus de précisions. Dimanche, la police londonienne avait déjà procédé à 12 arrestations à Barking, un quartier multiethnique du grand Londres. Il s'agit de sept femmes et cinq hommes âgés de 19 à 60 ans. Un homme de 55 ans a ensuite été relâché sans être poursuivi.

Le profil des assaillants se précise

La police britannique a révélé ce lundi l'identité de deux des trois assaillants. L'un d'eux, un Britannique de 27 ans, était connu des services de sécurité, qui n'avaient pas d'éléments laissant penser qu'il préparait un attentat. Le deuxième, âgé de 30 ans, avait prétendu être de nationalité marocaine et libyenne et était inconnu des services de sécurité. Plus tôt, la chaîne de télévision publique irlandaise RTE avait affirmé que l'un des assaillants était un Marocain qui avait vécu à Dublin. Selon la chaîne, la police irlandaise s'intéresse à un homme de nationalité marocaine ayant résidé en Irlande et qui était marié à une Écossaise.

Polémique sur la sécurité

La Première ministre britannique, Theresa May, a indiqué lundi que le niveau d'alerte à la sécurité va être maintenu à "sévère", après l'attentat de samedi soir. "Sévère" correspond au deuxième plus haut niveau d'alerte après celui de "critique", qui avait été momentanément activé après l'attentat commis à la sortie d'un concert à Manchester le 22 mai.

Des mesures supplémentaires ont été déployées depuis samedi, notamment sur plusieurs ponts de Londres, a précisé Theresa May, accusée de laxisme par l'opposition, qui a demandé lundi la démission de la Première ministre, à quatre jours des élections législatives. Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a lancé la polémique en accusant Theresa May d'être à l'origine des réductions d'effectifs policiers ordonnées lorsqu'elle était ministre de l'Intérieur (2010-2016).