Marseille-Nîmes : des supporters du club de football nîmois dénoncent des violences policières

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu
Des captures d'écran de plusieurs vidéos de supporters sur Twitter. - Twitter

450 supporters du club de foot de Nîmes ont été interceptés sur l'autoroute par les policiers des Bouches-du-Rhône. Le préfet n'autorisait le déplacement que de 200 supporters. Des violences ont ensuite éclaté sur le retour à Nîmes, certains supporters veulent porter plainte.

Les supporters nîmois dénoncent des violences policières, certains comptent même porter plainte. Samedi soir, 450 supporters des Crocos répartis dans huit bus ont pris la route direction le Vélodrome, pour assister au match de football Marseille-Nîmes. Mais un arrêté préfectoral des Bouches-du-Rhône autorisait le déplacement de seulement 200 supporters. Des policiers les ont donc interceptés sur l'autoroute à hauteur de Lançon-Provence et la situation a dégénéré. 

Un retour sur Nîmes émaillé d'incidents

Interceptés sur l'autoroute, les supporters composés également de personnes âgées, de femmes et d'enfants, ont été bloqués sur l'aire de Lançon-Provence pendant environ deux heures. Deux heures de pour-parlers avec le préfet pour autoriser les Nîmois à voir le match, sans succés. Les policiers des Bouches-du-Rhône les ont ensuite escortés jusqu'à Nîmes

Un trajet marqué par un arrêt brutal "en plein milieu de l'autoroute" nous raconte Embarek, 19 ans. Le jeune homme a filmé dans le bus l'intervention des policiers. "Le chauffeur du bus des Gladiators [NDLR : groupe de supporters nîmois] a fait des appels de phare aux policiers pour leur demander de rouler plus vite car c'était dangereux" raconte le jeune homme. Le président de l'autre groupe de supporters Nemausus 2013 confirme, "on roulait maximum à 45 km/h". "Les CRS se sont arrêtés, ils sont montés à bord du bus, ont gazé le chauffeur et ont lancé à l'intérieur une grenade de désencerclement" ajoute Cyril Roure.

Une fois arrivés aux Costières de Nîmes, "tout le monde est déprimé, tout le monde a juste envie de rentrer chez soi et d'oublier cette journée" raconte Embarek, le supporter des Crocos. Mais la situation a complètement dégénéré. Pourquoi ? "Sans raison" explique le jeune homme. "On voit une rangée de CRS devant un bus, la foule devant, aucun signe virulent des supporters. Et là, les CRS avancent, lancent des gaz" raconte le jeune homme toujours sous le choc.

"C'est terrifiant de voir ça aujourd'hui en France, à la veille de 2020. J'ai reçu une grenade au pied alors que quelques secondes avant j'étais à coté d'une petite fille." - Bilal, supporter du Nîmes Olympique. 

Comme on peut le voir sur plusieurs vidéos diffusées largement sur Twitter, des enfants se trouvaient dans cette foule de supporters. Une jeune fille et un petit garçon très choqués par les bruits d'explosion et par les gaz lacrymogènes en pleine nuit sont en larmes et hurlent, terrifiés. C'est Bilal, 22 ans qui filme, il explique "quand je vois ça je suis choqué. Elle était en train de pleurer, juste avant que je filme elle demandait : où est mon papa ?". 

"Quand je me dis qu'au départ, on allait juste voir un match de foot." - Embarek, 19 ans. 

"J'ai vu le père d'un ami se faire matraquer" explique Embarek. L'ami en question veut bien témoigner mais de manière anonyme. "J'ai vu sous mes yeux mon père, le jour de son anniversaire se faire pousser contre une voiture et jeter par terre par quatre CRS et le tabasser. J'ai essayé tant bien que mal de le tirer mais j'ai glissé. Ils m'ont aussi mis des coups. Nous avons réussi à partir en courant et entendu les CRS dire : putain les gars j'ai niqué mon stock de grenades, en rigolant".

"Pendant cinq minutes c'est le flou total, les gaz qui nous piquent, on arrive presque pas à respirer, vraiment c'est une honte. Quand je me dis qu'au départ on allait juste voir un match de foot" déplore le jeune homme. Certains supporters envisagent de porter plainte, comme Cyril Roure, le président du groupe de supporters Nemausus 2013.

"Je vous assure que ça n'en restera pas là !" - Cyril Roure, le président du groupe de supporters Nemausus 2013.

"Je compte prendre rendez-vous avec le préfet du Gard pour avoir une discussion, écrire au ministère de l'intérieur et au ministère des sports. Rien n'a justifié ces violences. Rien ! On est descendu du bus et on s'est fait démonté. Ça n'en restera pas là" assure Cyril Roure. Au terme de cette soirée, une seule personne a été interpellée par la police d'après les supporters.