Sancerrrois : la musique pour soigner la vigne !

-
Par , France Bleu Berry
Cyril de Benoist, viticulteur à Ste-Gemme-en-Sancerrois © Radio France - Michel Benoit

La musique, médicament de la vigne ! A Sainte-Gemme-en Sancerrois, Cyril de Benoist a installé depuis deux ans des enceintes dans ses vignes mais aussi dans son chais. Il lutte ainsi, notamment contre la maladie du bois mort.

Cette technique s'appelle la génodique et peu de viticulteurs l'utilisent. Cyril de Benoist, installé à Sainte-Gemme-en Sancerrois en est satisfait même s'il est difficile d'en déterminer précisément l'efficacité. La musique provoque des ondes qui agissent sur les protéines contenues dans la vigne. Mais attention, ce n'est pas n'importe quelle musique : elle couvre une gamme d'ondes adaptée : "C'est vraiment une musique spécifique détaille Cyril de Benoist, Chaque note va stimuler les enzymes pour le vin, lors de la fermentation, et les protéines dans la plante." 

Les deux enceintes sont alimentées par panneaux solaires © Radio France - Michel Benoit

Musique quelques minutes, matin, midi et soir : une première enceinte couvre huit hectares, la seconde, un peu plus de trois.  L'un des effets est de favoriser le transport de la sève pour lutter contre l'esca, la maladie du bois mort : "Je le constate, on a beaucoup moins de mortalité sur les pieds de vigne affirme le viticulteur. Actuellement, je diffuse deux séquences. La première s'appelle Mildia. Mariage des mots Mildiou et Esca. Cette musique vise donc spécifiquement ces deux maladies. J'en vois les effets positifs. Après, c'est vrai qu'on travaille en bio et même en biodynamie sur le domaine et qu'on fait beaucoup de tisanes aussi pour la vigne. En tout cas, ces différentes techniques conjointes se montrent efficaces et constituent un beau mariage. La seconde séquence musicale vise à lutter contre le stress hydrique, aider la plante à mieux résister à la sécheresse."

Le domaine de Nozay à Sainte Gemme en Sancerrois compte quinze hectares de vignes, principalement en sauvignon blanc. © Radio France - Michel Benoit

Certains morceaux favoriseraient également la résistance au froid. Cyril de Benoist passe pour un farfelu auprès de certains viticulteurs, mais son domaine est réputé, avec plusieurs médailles internationales.