Politique

A45 : la Région financera le projet à hauteur de 140 millions d'euros, Gaël Perdriau "ravi"

Par Mahauld Granier, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 26 juin 2016 à 10:54

La région Auvergne-Rhône-Alpes devrait participer à hauteur de 140 millions d'euros pour l'A45. Après avoir longtemps émis des doutes à ce sujet, Laurent Wauquiez, le président de la région a confirmé qu'il contribuerait à parité avec le département de la Loire et Saint-Étienne Métropole.

Un ouf de soulagement pour le président de Saint-Étienne Métropole et maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau. Les collectivités locales doivent réunir 422 millions d'euros, soit un tiers du coût total du projet (1,2 milliard) pour que le projet soit faisable. Si le département de la Loire et la Métropole avaient déjà prévu de s'engager à hauteur de 140 millions d'euros chacun, Laurent Wauquiez lui avait préféré attendre une dernière étude. Une dernière étude qui s'est révélée à ses yeux "sans ambiguïté".

Entre temps, des tensions avaient été visibles entre Laurent Wauquiez et Gaël Perdriau, puisque le président de la Région n'avait provisionné "que" 100 millions d'euros. Une somme qui aurait pu être insuffisante pour que le projet soit définitivement lancé. Cette fois, le temps de l'engagement est venu. Une nouvelle qui ravit le président de Saint-Étienne métropole, qui a fait de ce projet un vrai cheval de bataille.

Je salue ce geste de Laurent Wauquiez et de la région même si je n'ai jamais douté qu'il tiendrait ses engagements. Je sais qu'il a compris depuis longtemps le rôle stratégique de la Loire et de Saint-Étienne. (..) Je peux comprendre que quand on prend les commandes d'un exécutif qui était géré depuis plus de dix ans par des socialistes, il était important pour lui, pour sa majorité, d'évaluer les possibilités réelles des finances régionales. Il avait déjà marqué sa volonté de soutenir l'A45 lors du budget, les conclusions de l'étude qu'il a commandé ont confirmé ce que nous étions déjà un certain nombre à penser... que l'aménagement de l'A47 coûterait aussi cher pour un résultat très médiocre, avec des années de travaux. Suite au résultat de cette étude, il tient sa promesse et j'en suis ravi. (...) Si tout se poursuit selon le calendrier annoncé par le ministre, l'autoroute ouvrira en 2022.

Pour Bernard Bonne, le président du département de la Loire, cette nouvelle va permettre d'avancer en étant "plus rassurés".

Un ouf de soulagement parce que ça va permettre de réhabiliter de façon quasiment certaine l'A45 dans la mesure où les trois collectivités s'engagent. Le fait que la région Rhône-Alpes s'engage à cette hauteur va permettre aux deux autres collectivités d'y aller beaucoup plus rassurées et confiantes dans la réalisation. Personne n'y croyait pendant tous les mois et années passés, mais il y avait une détermination très forte de Gaël Perdriau et moi-même, qui a convaincu le ministre. Et l'apport de la région depuis l'engagement de Laurent Wauquiez fait que le projet va se réaliser de façon quasi certaine. (...) C'est une des premières grandes décision qu'il prend au niveau de la région Rhône-Alpes.

L'investissement prévu par Laurent Wauquiez pour le projet autoroutier sera tout de même soumis au vote des conseillers régionaux, un vote qui est prévu le 7 juillet. D'ici là, ce sont le département de la Loire (le 27 juin) et Saint-Étienne Métropole (30 juin) qui se prononceront sur le financement de l'A45. Les votants semblent déjà acquis à leur majorité, même si évidemment certains continuent de s'opposer au projet.

Les opposants au rendez-vous 

Le projet autoroutier va donc s'accélérer dans les semaines à venir. Selon Gaël Perdriau, l'autoroute pourrait ouvrir en septembre 2022. Mais les opposants au projet ne comptent pas baisser les bras. Déjà deux rendez-vous sont donnés : le 27 juin à 13h30 devant la préfecture et le 30 juin à 17 h 30 devant le musée d'art moderne, alors qu'à l'intérieur, le financement du projet sera discuté.

Les premières réactions

Gilles Artigues, premier adjoint au maire de Saint-Étienne, vice-président de Saint-Étienne Métropole, président départemental de l'UDI a salué "le respect de la parole donnée, à hauteur de l'engagement pris lors de la dernière campagne électorale alors que le candidat socialiste refusait, lui, toute participation régionale au projet."