Le tribunal administratif de Grenoble confirme l'élection de Christian Coigné à la tête de l'EPFL Dauphiné

-
Par , France Bleu Isère
Christian Coigné, président de l'EPFL -

L'élection de Christian Coigné a été validée par la justice à la tête de l'Établissement Public Foncier Local du Dauphiné ce mardi. Cette élection était contestée par une conseillère municipale écologiste de Grenoble qui en avait demandé l'annulation.

Le maire centre-droit de Sassenage (Isère), également conseiller départemental, avait été élu le 15 octobre à la tête de l'Établissement Public Foncier Local du Dauphiné (EPFL Dauphiné). Ce jour-là, Christian Coigné avait damé le pion au candidat des écologistes, Laurent Amadieu, maire de Saint-Égrève, pourtant favori. Ce mardi, le tribunal administratif de Grenoble a rejeté le recours de Anne-Sophie Olmos, élue sur la liste d'Éric Piolle à Grenoble, au motif que "Mme Olmos n’est pas fondée à demander l’annulation de l’élection de M. Coigné en tant que président de l’EPFLD et sa requête doit être rejetée."

Dans ses considérations, le tribunal écrit que Anne-Sophie Olmos "soutient d’autre part, qu’en raison de ses nombreuses fonctions exécutives dans divers organismes, M. Coigné est en situation de conflit d’intérêts. Il résulte de l’instruction que M. Coigné est notamment vice-président du conseil départemental de l’Isère, maire de Sassenage, directeur général de la SPL Isère Aménagement et vice-président de la SEM Territoire 38. Toutefois, _à supposer qu’il existe en raison de ses différentes fonctions un risque de conflit d’intérêts, ce grief est sans incidence sur l’éligibilité de M. Coigné à la présidence de l’EPFLD._" 

L'Établissement public foncier local du Dauphiné (EPFLD) acquiert des terrains dans tout le département de l'Isère pour le compte des collectivités.

Pourtant, la gauche était majoritaire

Après avoir échoué à prendre les présidences de la Métropole de Grenoble, puis du syndicat des mobilités, le SMMAG, les écologistes avaient subi une troisième défaite à l'EPFLD.

Les écologistes de l'ADES avaient exprimé leur amertume dans leur hebdomadaire "le Rouge et le Vert", du 16 octobre :  " la Métropole est majoritaire dans le conseil d’administration de cet établissement public avec huit administrateurs sur quatorze. La communauté d’agglomération du Pays Voironnais a deux sièges, le département, la région, la communauté de commune Saint-Marcellin Vercors Isère et la communauté de communes de Bièvres Est ont chacun un siège. M. Coigné a été élu avec huit voix contre cinq à Laurent Amadieu conseiller de la Métro. Ceci signifie que des élus métropolitains ont voté pour M. Coigné"

Hors micro, des conseillers métropolitains avaient indiqué à France Bleu Isère avoir changé leurs votes en faveur de Christian Coigné, après le discours de la présidente sortante Christine Garnier qu'ils avaient trouvé, selon eux, "sectaire". Avant les élections municipales, Christian Coigné était deuxième vice-président de l'EPFLD, comme on pouvait encore le lire, mardi soir, sur le site de l'établissement qui n'était pas remis à jour et donnait encore Christine Garnier comme présidente.

Le site internet de l'EPFLD "pas mis à jour" -