Politique

Législatives : la confiance affichée des candidats sortants dans la Loire

Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 29 mai 2017 à 3:37

Sur les six députés des circonscriptions de la Loire, quatre sont candidats à leur propre succession. Malgré La République en marche, ces élus LR, UDI ou PS affichent une certaine confiance.

Dans le département de la Loire, ils sont au nombre de quatre. Quatre candidats à leur propre succession à l'Assemblée Nationale. Régis Juanico dans la 1ere circonscription du département, Francois Rochebloine dans la 3e, Dino Cinieri dans la 4e et Paul Salen dans la 6e. Tous, peuvent s’inquiéter de voir face à eux, les candidats de la majorité présidentielle La République En Marche et sa promesse de renouvellement de la classe politique.

Régis Juanico : "il faut un équilibre des pouvoirs"

Régis Juanico, le député PS de la 1ere circonscription de la Loire dit comprendre et désirer ce renouvellement de la classe politique. Lui-même a annoncé que s'il est réélu, il fera son dernier mandat. Mais pour l'instant, il s'estime nécessaire à l'équilibre de l'Assemblée Nationale : "il est bon aussi dans une Assemblée Nationale d'avoir des contre-pouvoirs par rapport à un exécutif dont on dit qu'il sera jupitérien et qui veut imposer ses choix. Il faut un équilibre des pouvoirs, le gouvernement ne peut pas décider de tout. Il est important qu'il y ait des parlementaires qui défendent les droits du Parlement et bien au delà, l'intérêt général et celui de nos concitoyens."

Paul Salen : "je ne serai pas élu pour faire de l'obstruction"

Pour le député LR Paul Salen, se pose également la question de l'héritage de François Fillon. Il estime que l'échec du candidat Les Républicains ne lui colle pas à la peau... puisqu'il a toujours pris ses distances avec lui. Il se dit donc serein : "dès le début, j'étais pour un plan B. Aujourd'hui, les gens le savent. Mais moi, je ne serai pas élu pour faire de l'obstruction à l'Assemblée."

François Rochebloine : "je ne cherche plus à convaincre"

Dans la 3eme circonscription, François Rochebloine fait preuve de longévité, il est député depuis 1988 et n'a pas l'air si impressionné par ces législatives relativement inédites : "je ne cherche pas à convaincre, ça fait 29 ans que je les convainc. Ils savent qui je suis. Ma campagne a commencé le 13 juin 1988 quand j'ai été élu la première fois. J'ai continué à remplir ma mission que la population m'avait confiée, mais je ne cherche plus à convaincre, on ne fera jamais 100 %."