Politique

Suite aux attentats, le maire de Rive-de-Gier ne signera plus de demande de regroupement familial

Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire mercredi 27 juillet 2016 à 20:46

Le maire divers droite de Rive-de-Gier (Loire), Jean-Claude Charvin, a annoncé ce mercredi 27 juillet qu'il ne donnera plus suite aux demandes de regroupement familial, par principe de précaution.

Désormais, le maire de Rive-de-Gier refusera "systématiquement" de signer la moindre demande de rapprochement familial ou de séjour dans sa commune, "pour ne prendre aucun risque". Jean-Claude Charvin explique sa décision dans un courrier au préfet de la Loire, Évence Richard. Dans sa lettre, le premier élu ripagérien mentionne les retours en France de personnes parties faire le jihad en Syrie, qui risquent selon lui "de s'amplifier rapidement dans les mois à venir avec les défaites successives de Daech"

En référence à l'intervention télévisée de François Hollande mardi soir, après l'attaque d'une église à Saint-Étienne-du-Rouvray, en Normandie, le maire de Rive-de-Gier écrit que "si nous sommes en guerre, le gouvernement doit nous donner les moyens de protéger nos concitoyens". Jean-Claude Charvin précise qu'il souhaite être prévenu de "la présence d'individus dangereux" dans sa commune.

Déplorant l'absence de "réelles répondes du gouvernement" face à son "inquiétude", le maire de Rive-de-Gier notifie donc au préfet de la Loire qu'il refusera "systématiquement tous les dossiers de rapprochements familiaux ou de nouvelles demandes de séjour sur la commune de Rive-de-Gier".