Quatre parlementaires des Hauts-de-France imaginent "le jour d'après" avec les citoyens

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu Picardie
Jennifer de Temmerman, Valérie Petit, Barbara Pompili et Jacqueline Maquet ont signé la tribune "le jour d'après" © Maxppp - Vincent ISORE / Christophe MORIN /Alexis SCIARD / Thomas PADILLA

Ce samedi, une soixantaine de parlementaires ont lancé le site internet "le jour d'après". Après la crise du coronavirus. L'objectif est d'inviter les citoyens à réfléchir et à faire des propositions, pour préparer un plan d'action. Quatre députées des Hauts-de-France font partie des signataires.

Le site s'appelle "le jour d'après - parlement ouvert". Lancé ce samedi matin, il a vite été saturé. Il s'agit d'une plateforme collaborative, initiée par une soixantaine de parlementaires, qui souhaitent réfléchir, avec les citoyens, sur l'après-crise du coronavirus : comment améliorer le système, une fois que l’épidémie sera terminée. Le système hospitalier, bien sûr, mais aussi l’économie et la société en général.

Parmi les signataires de la tribune inaugurale de cette plateforme, quatre élues des Hauts-de-France : la députée LREM de la Somme Barbara Pompili, la députée du Pas-de-Calais LREM Jacqueline Maquet, la députée LREM du Nord Valérie Petit, et la députée du Nord sans étiquette Jennifer de Temmerman.

ne plus jamais faire de la politique comme avant

Ancienne socialiste, la députée LREM du Pas-de-Calais Jacqueline Maquet, résume l'initiative en une phrase : "nous voulons que ça change, nous ne voulons plus jamais faire de la politique comme avant". Une partie des signataires était déjà en contact, avant la crise du coronavirus, dans cette optique de "faire bouger les choses". Mais "nous ne sommes pas des frondeurs" précise l'élue du Pas-de-Calais, "il faut coproduire un plan de transformation de la société avec les citoyens".

Députée de la 15e circonscription du Nord, Jennifer de Temmerman, qui a récemment claqué la porte de la majorité présidentielle, souligne également que "sept sensibilités politiques sont représentées dans la tribune". Pour elle, il est essentiel de rassembler les énergies pour imaginer le monde de demain, au-delà des clivages politiques : "ce n'est pas de la politique politicienne. Je vois déjà quelques anciens collègues un peu frustrés, qui disent que ce n'est pas le moment, mais si, c'est le moment !"

on sait que les gens attendent quelque chose

L'élue nordiste rappelle que "l'activité des parlementaires est un peu restreinte, maintenant qu'on a voté la loi d'état d'urgence. Comment continue-t-on d'agir pour le bien des citoyens ? On peut aider, en préparant l'après, avec les citoyens. On sait que les gens attendent quelque chose". A tel point que le site a été hors-service, peu de temps après avoir été mis en ligne : "on a eu une moyenne de 350 clics par seconde !" explique Jennifer de Temmerman. 

Les citoyens peuvent contribuer jusqu'au 3 mai.