Santé – Sciences

Portes ouvertes de la Maison des Aidants de Grenoble : un lieu pour aider les aidants

Par Nicolas Joly, France Bleu Isère vendredi 6 octobre 2017 à 11:31

Ouverte il y a 4 ans, la Maison des aidants "Denise Belot" de Grenoble organise des portes ouvertes à l'occasion de la journée natonale des aidants ce vendredi 6 octobre. Sa coordinatrice, la psychologue Bernadette Fournier, était l'invitée de France Bleu Isère.

"Un aidant c'est quelqu'un qui accompagne au quotidien un proche en perte d'autonomie", explique Bernadette Fournier. La coordinatrice de la Maison des aidants de Grenoble organise ce vendredi 6 octobre des portes ouvertes à l'occasion de la Journée nationale des aidants. Cette structure accompagne 250 aidants par an, spécialement des personnes qui s'occupent de malades Alzheimer ou qui souffrent d'autres troubles cognitifs.

Quand ils poussent la porte de la Maison Denise Belot, Bernadette Fournier les reçoit et les écoute, pour leur proposer l'accompagnement le plus adapté : "Nous faisons le tour de la situation. L'aidant peut dire ce qu'il vit au quotidien et nous l'orientons en fonction de ses besoins."

"Un aidant c'est un proche qui accompagne au quotidien un proche en perte d'autonomie" - Bernadette Fournier, psychologue et coordinatrice de la Maison des Aidants à Grenoble

Convaincre les aidants de se faire aider

La principale difficulté pour Bernadette Fournier réside dans la difficulté d'amener les aidants à reconnaître leur besoin d'accompagnement. "La problématique c'est qu'ils ne se considèrent pas comme aidants. Ils se disent conjoints ou enfants, mais ne se sentent pas légitimes à demander de l'aide", décrit la psychologue. Il faut donc que les équipes de la Maison trouvent les mots pour amener les personnes à reconnaître et accepter le fait qu'elles ne peuvent assumer seules la responsabilité permanente que représente la situation d'aidant. "Il faut briser la routine du quotidien qui finit par créer de l'isolement", explique Bernadette Fournier.

"La problématique, c'est que les aidants ne se considèrent pas comme aidants. Ils se disent conjoints ou enfants, mais ne se sentent pas légitimes à demander de l'aide" - Bernadette Fournier, psychologue et coordinatrice de la Maison des Aidants à Grenoble

Des ateliers pour accompagner

Plusieurs dispositifs sont mis en place par la Maison pour accompagner les aidants dans leur charge. Des "haltes-répit" sont par exemple organisées. "Tous les après-midi nous accueillons le malade et l'aidant. Ce dernier pourra sortir pour avoir du répit, vaquer à ses occupations, souffler, pendant que nous prenons soin de la personne malade", décrit Bernadette Fournier. "Il faut un peu de temps pour installer une relation de confiance et déculpabiliser les aidants", précise-t-elle, "ce n'est pas facile de libérer du temps vis-à-vis d'une personne avec qui on a vécu des dizaines d'années. C'est un apprentissage de la séparation".

"Il faut un peu de temps pour installer une relation de confiance et déculpabiliser les aidants" - Bernadette Fournier, psychologue et coordinatrice de la Maison des Aidants à Grenoble