Société

La station de ski de Puyvalador vit peut-être ses derniers jours

Par Suzanne Shojaei, France Bleu Roussillon mardi 26 septembre 2017 à 4:00

La station du Capcir connaît de grandes difficultés financières depuis quelques années, avec une dette de 320.000 euros. Le Conseil municipal a récemment décidé d'arrêter l'exploitation de la Régie municipale qui gère la station. Dans la foulée, un collectif est né pour éviter la fermeture.

"Le collectif n'a pas encore de nom", sourit Vincent Daniel, l'ancien directeur de la station. "On pourrait l'appeler Sauvons la station de Puyvalador." Ce collectif comprend l'association des commerçants et l'association Puyvalador-Neiges d'or, donc environ 300 personnes.

L'idée serait de créer une société privée pour reprendre cette station des Pyrénées-Orientales et ainsi éviter la fermeture dès cet hiver. "Nous avons besoin de 150.000 euros pour monter la société", précise Vincent Daniel. "Les gens qui veulent devenir actionnaires, même à hauteur d'une centaine d'euros, sont les bienvenus."

Le mieux, selon Vincent Daniel, serait d'attirer des investisseurs privés qui pourraient reprendre la station. "Nous avons déjà des contacts avec deux éventuels investisseurs", confie l'ancien directeur.

"Ça me fait mal au coeur. C'est moche, voilà." - Renée, une habitante

Dans le village de Puyvalador, la nouvelle divise. Certains remueraient ciel et terre pour maintenir l'ouverture. C'est le cas de Noël, propriétaire de l'un des 200 chalets au bord des pistes. "On est chez nous, ici. On se sent tellement bien ! C'est un havre de paix. Ce serait dommage qu'il disparaisse." De plus, une trentaine de salariés saisonniers n'auraient plus de travail cet hiver.

"Moi, ça me fait mal au coeur", reconnaît Renée. Cette habitante s'exprime les yeux embués de larmes. "C'est moche, voilà." Même réaction sur le visage de Laetitia, une Toulousaine propriétaire d'une maison dans le village."J'ai été baptisée ici. C'est un petit cocon, ça a son charme. Ce serait dommage pour la survie du village."

Un gouffre financier

Et puis il y a les habitants plutôt soulagés par l'annonce de la fermeture. Rose en fait partie. Cette vieille dame est désespérée. "C'est impossible de supporter les hausses d'impôts. Les jeunes s'en vont parce qu'ils ne peuvent pas payer. On a préféré la station au village. Vous ne voyez pas, le village, comme il est à l'abandon ? Regardez les rues. Il n'y a plus de goudron, plus d'entretien dans le village."

Le maire par intérim, Daniel Marin, est d'accord pour que la station soit reprise. "Puyvalador est une toute petite commune. Elle n'a pas les capacités de soutenir une station de ski." Le maire se dit "prêt à accompagner toutes les initiatives, mais l'économie de la neige ne suffira pas. Il faudrait diversifier les activités, avec la randonnée, le cyclisme... Ce serait une solution en complément de la neige."

Le village de Puyvalador compte moins d'une centaine d'habitants. © Radio France - Suzanne Shojaei

L'autre solution, selon certains, serait de faire plus de publicité autour de la station. Sandrine habite à Perpignan, elle est déjà allée skier ailleurs dans le département. "Je viens de découvrir Puyvalador, je ne connaissais pas. C'est une station plus petite, plus familiale, plus agréable pour certains."

Il ne reste plus que quelques mois avant la saison des neiges. Le décompte est lancé pour Puyvalador.

La station compte plus de 200 propriétaires de chalets, jusqu'aux pieds des pistes. © Radio France - Suzanne Shojaei