Société

Les cabines téléphoniques en voie de disparition en Vendée

Par Fiona Moghaddam, France Bleu Loire Océan lundi 11 septembre 2017 à 6:00

Toutes les cabines téléphoniques vendéennes doivent être retirées avant la fin 2017.

C'est un mobilier urbain que l'on voit de moins en moins dans les villes et villages de France, il disparaîtra complètement à la fin de l'année : les cabines téléphoniques. Devenues trop coûteuses à l'entretien, environ 10 millions d'euros, Orange a décidé de toutes les faire retirer dans le pays. Il en reste actuellement 5 450 en France, contre plus de 300 000 mille il y a 20 ans. En Vendée, il reste une vingtaine de cabines.

Une cabine toujours nécessaire en zone blanche

Certaines fonctionnent toujours comme à Saint-Sigismond, qui est le seul village en zone blanche dans le département. C'est-à-dire qu'il n'y a pas du tout de réseau mobile disponible. Ce devrait être le cas dans un an mais en attendant, la cabine téléphonique a toujours sa place. Certaines personnes disent encore l'utiliser. "Des gens qui disent qu'ils en ont besoin parce que justement il n'y a pas de possibilité d'utiliser le téléphone portable, oui il y a quelques personnes sur la commune", explique le maire Denis La Mache. Il espère pouvoir convaincre Orange de ne pas condamner la cabine avant que le village soit raccorder au réseau mobile. "Je demande qu'on ne mette pas la charrue avant les bœufs et qu'on ne fasse pas disparaître un service ancien avant la mise en oeuvre du service nouveau", explique-t-il.

Si à la fin de l'année, toutes les cabines seront définitivement hors d'usage, certaines vont retrouver une seconde vie. À La Verrie, par exemple. La vieille cabine téléphonique est en train d'être transformée en boîte à livres. Elle permettra ainsi aux habitants de s'échanger leurs lectures. Seules les communes qui font une demande de réutilisation de la cabine pourront la conserver, pour les autres, elles seront toutes recyclées.