Société

Un village associatif à Nancy pour lutter contre l'homophobie

Par Marie Roussel, France Bleu Sud Lorraine dimanche 14 mai 2017 à 19:30

La journée internationale contre l'homophobie et la transphobie c'est mercredi 17 mai. A Nancy, la municipalité et la maison LGBT prolongent les manifestations tout au long de la semaine. Ce dimanche 14 une dizaine d'associations a investi la Pépinière pour sensibiliser contre ces discriminations.

La Maison LGBT (Lesbienne, Gay, Bi et Trans) et la municipalité de Nancy organisent plusieurs animations cette semaine, à l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'homophobie qui se déroule le mercredi 17 mai. A cette occasion, l'auditorium de la pépinière à Nancy s'est transformé en village associatif ce dimanche.

Entre les crêpes, les concerts et les stands d'informations, l'ambiance de la manifestation se veut volontairement "conviviale" selon l'organisateur et président de la Maison LGBT, Pascal Ragot-Dabel. "Notre militantisme, nos revendications passent par le partage et la culture".

"Pas sectaire"

Si l'affluence reste assez faible en début d'après-midi, le brassage du public est plutôt réussi, selon Bénédicte. La Nancéienne et son époux ont atterri ici par hasard :

Il y a des vieux et des jeunes, des gens ordinaires, comme nous, et des gens plus décalés . On est content de voir qu'il y a des gens différents... C'est pas sectaire !

"La démarche est indispensable aujourd'hui parce qu'on régresse petit à petit. Moi j'ai 48 ans et il y a vingt ans, j'ai l'impression qu'on était beaucoup plus tolérants qu'aujourd'hui. Ce qui est absurde", poursuit Bénédicte.

Un retour de l'homophobie

Un avis que partage Samuel Perrier, militant des droits LGBT. Il y a cinq ans, il a dû quitter son entreprise nancéienne. Il ne supportait plus les insultes et le harcèlement quotidien de sa responsable hiérarchique. Ce trentenaire observe que le "Mariage pour tous" a ravivé l'homophobie. "Certes, on a gagné des droits . Mais depuis la loi Taubira, on assiste à une hausse des actes et des paroles homophobes", estime t-il.

Hélas, je pense qu'on aura toujours besoin de promouvoir le respect et la tolérance. L'actualité nous montre bien que, rapidement, la haine se ravive. On peut plus facilement appeler à se méfier de son voisin, que d'être bienveillant et de tendre la main", Laurent Hénart, maire de Nancy.

A Nancy, ces animations se prolongeront donc toute la semaine et se termineront vendredi 19 mai, avec un spectacle à l'Hôtel de Ville.

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.