Transports

Alstom double Siemens pour un contrat de 30 locomotives au Maroc

Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard vendredi 6 octobre 2017 à 18:49

Ironie du sort, le géant allemand Siemens va bientôt absorber Alstom, mais c'est bien le groupe français qui vient d’être choisi. Alstom vient en effet de décrocher l’appel d’offres en vue d’un contrat de 30 locomotives pour le Maroc.

C'est une info France Bleu Belfort Montbéliard vous l’annonçait ce vendredi soir. L'ONCF, l'équivalent de la SNCF au Maroc, vient de préférer Alstom à l'Allemand Siemens. Les deux géants du rail, qui n’en formeront bientôt plus qu’un, avaient répondu chacun de leur côté à l'appel d'offres pour la construction de ces 30 locomotives destinées au Maroc. L' ONCF a tranché et Alstom va maintenant discuter avec le client pour finaliser ce marché. Le contrat n'est pas signé, mais il est en très bonne voie.

"On était en concurrence avec Siemens. Les Marocains ont donc annoncé que nous serions les acteurs préférentiels pour ce marché. Il y a donc de fortes chances que nous vendions 30 locomotives au Maroc et de fortes chances que ce contrat tombe dans le giron de Belfort " explique André Fages, délégué CFE CGC chez Alstom à Belfort.

Le Maroc fidèle au savoir-faire Alstom

Tout ou partie de la fabrication de ces locomotives pourrait donc revenir à l’établissement historique d’Alstom. « C’est une bouffée d’air frais pour Belfort. Il restera à éclaircir avec la direction la répartition du travail. Il semblerait que le câblage soit réalisé au Maroc » indique Olivier Kohler, délégué CFDT chez Alstom à Belfort. Le site belfortain avait déjà profité d'un contrat de 20 locomotives passé avec le Maroc à la fin des années 2000. Elles seraient donc plus rapides à fabriquer que du matériel roulant neuf. Si tout va bien, c'est à dire si Belfort est choisi, la fabrication pourraient démarrer fin 2019, selon les syndicats.

Le creux de charge comblé ?

Avec ce nouveau contrat et s’il est confirmé, Belfort éviterait ainsi un creux de charge car, pour l'instant, il manque encore des garanties au plan de sauvetage annoncé en octobre 2016 : une commande de 20 locomotives de manoeuvre pour la SNCF et une autre commande de six rames TGV.