Transports

Gare Montpellier Sud de France : le maire Philippe Saurel se défend après les propos du PDG de la SNCF

dimanche 23 septembre 2018 à 16:47 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault

Philippe Saurel a tenu une conférence de presse pour s'expliquer au sujet de la gare Montpellier Sud de France ce dimanche 23 septembre 2018. © Radio France - Marion Bargiacchi

Philippe Saurel, maire de Montpellier, réagit ce dimanche 23 septembre aux propos de Guillaume Pépy. Le PDG de la SNCF remettait en cause la construction de la gare de la Mogère vendredi dernier sur le plateau de RMC. L'édile montpelliérain défend cette nouvelle gare et annonce des aménagements.

Ce dimanche 23 septembre, dans son bureau de la mairie de Montpellier, le maire Philippe Saurel a voulu mettre "fin à l'hémorragie" au sujet de la gare Montpellier Sud de France. Décriée tant pour le nombre de trains qui y passent (quatre par jour) que pour son accessibilité, cette nouvelle gare fait partie du contournement Montpellier-Nîmes et de la futur ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan. 

"Il est hors de question que je paie pour ceux qui se planquent en permanence" 

Vendredi dernier, le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy affirmait que la création de cette gare ne relevait pas d'une décision de la SNCF mais d'un accord entre les élus locaux et l'État en 2012. "S'il fallait reprendre cette décision, il faudrait y regarder à deux, trois, voire dix fois !" a-t-il ajouté sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin. 

Le contrat a été signé en 2012 à l'initiative de l'État. Lorsque Monsieur Pépy explique qu'il n'est pas au courant, il renie les liens immémoriaux de la SNCF avec l'État et le débat public. - Philippe Saurel, maire de Montpellier

Alors comment expliquer les propos du PDG de la SNCF ? Pour Philippe Saurel, Guillaume Pépy n'aurait jamais voulu de la ligne à grande vitesse jusqu'à Perpignan : "Lui vivant, il n'y aura pas de LGV construite, moi je dis que c'est contraire aux engagement de la France et de l'Europe."

Guillaume Pépy pensait qu'un jour viendrait la concurrence et que les sillons ferroviaires libérés par cette ligne LGV pourraient être utilisés par des compagnies privées étrangères ou non. - Philippe Saurel, maire de Montpellier

Une gare en cul-de-sac

Les TGV qui devaient venir de Nîmes n'arrivent pas car la gare de Nîmes-Manduel n'est pas terminée. Aujourd'hui, Philippe Saurel explique vouloir faire "avec ce qu'il a". L'un des problèmes majeur de la gare Sud de France est l'arrivée de deux trains OUIGo en même temps déversant ainsi 800 à 1000 passagers d'un coup à l'extérieur de la gare. Trop, au regard des installations extérieures : en décembre, les deux trains devraient être espacés de plusieurs heures. 

Autres soucis majeurs, l'accessibilité et le stationnement. "Le dépose-minute est situé après le parking de longue durée et le parking P2 en construction souffre de retard du fait d'une mauvaise gestion hydraulique. Mais ceci concerne la SNCF et EFFIA qui gèrent ces installations. Pour notre part, nous avons déjà investi six millions d'euros pour adapter la voirie autour de la gare". 

Nouveau parking et aire de retournement

Philippe Saurel a annoncé la construction d'un nouveau parking au Nord de la gare accessible facilement depuis le parvis Melvin-Jones ainsi que d'une aire de retournement pour les navettes

En 2021, 20 TGV par jour devraient passer par cette nouvelle gare Montpellier Sud de France. La même année, la ligne 1 du tramway devrait relier le centre-ville à la Mogère. "On a également pensé à un prolongement vers Mauguio, jusqu'à l'aéroport." explique Philippe Saurel qui n'a aussi pas exclu que la ligne 3 puisse desservir le Sud de Cambacérès. 

Philippe Saurel précise que 30% des TGV continueront à passer par la gare Saint-Roch "car la gare Sud de France n'est pas une gare de terminus".

Cette gare est un équipement pour les 100 ans à venir, au regard du développement démographique de notre territoire, il faut l'utiliser au maximum de son rendement. - Philippe Saurel, maire de Montpellier