Girondins de Bordeaux : des contacts avec deux repreneurs potentiels annonce le maire Pierre Hurmic

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu
Pierre Hurmic dans la cour de l'Hotel de Ville de Bordeaux © Maxppp - David Thierry

Ce vendredi 23 avril, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic a annoncé que deux repreneurs étaient candidats pour le rachat du club de foot. La veille, le fonds d'investissement américain King Street annonçait ne plus vouloir financer les Girondins de Bordeaux.

Le maire EELV Pierre Hurmic a annoncé ce vendredi 23 avril être en contact avec deux hommes d'affaires pour le rachat du club de foot des Girondins de Bordeaux. Il a désigné Bruno Fiévet et Pascal Rigo. Pour Pierre Hurmic, ce sont des profils satisfaisants :" ces deux repreneurs ont pris contact avec moi pour un éventuel rachat du club. Ils ont la fibre girondine. Et je sens que leur projet présente davantage de sens que ce que proposait King Street. Et surtout ils ont un vrai amour pour ce club"

"Un gâchis et une opportunité"

Pierre Hurmic a affirmé que "la mairie ne sera pas une chambre d'enregistrement comme par le passé mais un partenaire tout à fait actif". En 2018, alors dans l'opposition, Pierre Hurmic avait voté contre la reprise du club par le fonds américain. Il a estimé que ce départ de King Street était un "échec politique, économique, sportif mais aussi éthique dans la gestion du club", y voyant "à la fois un gâchis et une opportunité".  Le timing du départ de King Street "manque d'élégance et je suis poli", "on ne quitte pas comme ça, à la fin d'un championnat".

Renouer le lien avec les supporters

Depuis le rachat en 2018 de King Street, bons nombres de supporters font valoir leur mécontentement. C'est le cas des Ultramarines. Le maire estime qu'il sera nécessaire de renouer le lien avec les spectateurs réguliers des Girondins "Je pense aussi qu'un club doit se gérer en osmose avec ses supporters". L'élu fait référence à ce qui se fait dans d'autres pays, comme en Espagne ou au Portugal, avec les socios. C'est un groupe de supporters qui intègre le club. Ils possèdent des responsabilités dans celui-ci. C'est le cas au FC Barcelone. Les socios peuvent alors élire le président et voter la rénovation du stade. "On est en train de travailler dessus. Et voir comment ce genre d'association peut participer à la gouvernance de notre club" poursuit le maire. 

Pierre Hurmic annonce qu'une décision concernant l'identité du repreneur devrait être donnée dans les trois mois.