Dossier : 100% PSG sur France Bleu Paris

"Signer au PSG Judo était une évidence pour moi" confie la championne d'Europe Romane Dicko dans 100% PSG

-
Par , France Bleu Paris
Romane Dicko célèbre sa victoire aux Championnats d'Europe disputés à Prague en novembre 2020. © Maxppp - MARTIN DIVISEK

A l'occasion de la semaine Sport Féminin Toujours organisée par Radio France, 100% PSG le Mag recevait la championne d'Europe de judo Romane Dicko, qui évolue au PSG Judo.

La semaine dernière, elle ajoutait une nouvelle médaille d'or à son palmarès en remportant les World Masters de Doha. Romane Dicko, judokate au PSG Judo depuis septembre 2020, n'a que 21 ans. Pourtant, la Clamartoise de naissance est déjà double championne d'Europe senior, après l'avoir déjà été deux fois lorsqu'elle était cadette, puis junior. Elle s'est confiée au micro de Pia Clemens et Eric Bastien. 

EXTRAITS

Sur sa signature au Paris Saint-Germain

Je revenais de blessure donc ce n'était pas forcément une période facile pour moi et c'est vrai que le club m'a tout de suite apporté beaucoup de soutien. Et c'était pour moi une évidence de signer au Paris Saint-Germain parce qu'on avait un accès au staff médical, au staff mental, etc. Et c'est vrai que d'avoir tout ça autour du sport amateur qu'est le judo, c'est un vrai plus pour nous. Donc ça m'est apparu comme une évidence de signer au Paris Saint-Germain Judo.

Sur son nouveau statut de favorite

C'est vrai que ce n'est pas forcément facile parce qu'au fur et à mesure des compétitions, je vois que les filles m'attendent. (...) Mais c'est un statut à savoir gérer. C'est la compétition, tout simplement. Plus on gagne, plus on est attendue. (...) Et avec mes entraîneurs de Paris et mon coach mental, j'arrive assez bien à gérer.

Sur le coaching mental

On apprend beaucoup sur soi. Après deux saisons de blessures, ce n'est pas facile de se remotiver, de se dire que les Jeux arrivent. Il faut revenir sur les tapis, et à son plus haut niveau. A force de préparation mentale et d'exercices, on arrive à être en accord avec soi-même, à se motiver, et à se dire que c'est possible de revenir, tout simplement. 

Sur sa transformation physique

Quand j'ai gagné mon premier titre de championne d'Europe, j'avais 18 ans. Je n'étais pas très lourde, on va dire. Et après mes blessures, j'ai fait beaucoup de musculation, beaucoup de renforcement musculaire. Parce qu'en fait, je pense que mes blessures étaient dues à un corps un peu trop faible, peut être, par rapport à ma catégorie de poids et ma catégorie d'âge. Une fois arrivée en senior, c'était peut-être un peu plus compliqué pour mon corps, qui n'était pas prêt. J'avais un corps de junior et je combattais déjà avec les meilleures seniors de ma catégorie. Je pense que c'est pour ça qu'à un moment, mon corps a tout simplement dit stop. Donc, on a travaillé ça pendant deux ans et j'ai pris presque cinq ou six kilos en muscles, c'est beaucoup. Donc mon corps a changé. J'ai gonflé, mais je pense que c'était la meilleure solution. Et maintenant, je suis plus forte, tout simplement.