Rugby

Top 14 : les résultats et le classement de la 7e journée

Par Germain Arrigoni, France Bleu samedi 7 octobre 2017 à 3:00 Mis à jour le dimanche 8 octobre 2017 à 22:52

Avant une parenthèse européenne de deux semaines, Lyon s'est emparé du fauteuil de leader du Top 14. Toulouse s'est offert Clermont dimanche en clôture de la 7e journée. La Rochelle a battu le Racing 92, Montpellier s'est incliné sur la pelouse du Stade Français et l'UBB a renversé Toulon.

Écoutez en direct le match de l'équipe de votre choix avec les commentaires de France Bleu

Les matches de la journée

Cet élément n'a pu être affiché. Cliquez ici pour voir la page dans son intégralité !

Le classement

Cet élément n'a pu être affiché. Cliquez ici pour voir la page dans son intégralité !

Lyon, la patiente construction

Qui aurait parié en début de saison voir le vieux club rhodanien en premier de la classe avant la parenthèse européenne de deux semaines? Sans doute pas grand monde. Sa place, acquise grâce à sa victoire à Agen (25-6) et à la défaite de Montpellier à Paris (20-31), ne constitue cependant qu'une demi-surprise et vient récompenser le patient travail réalisé depuis l'arrivée aux commandes de Pierre Mignoni à l'été 2015.

Le LOU venait alors de redescendre en Pro D2 une saison après sa remontée, comme en 2012. Après avoir brisé cette spirale la saison dernière, il affirme désormais ses ambitions. Grâce à un effectif étoffé, qui mêle joueurs de premier plan (Gill, Fearns, Delon Armitage), jeunes pépites (Lambey, Couilloud), joueurs d'expérience (Michalak, Beauxis, Puricelli) et revanchards (Buttin, Palisson). Soutenu par son puissant actionnaire majoritaire, GL Events (événementiel), le club s'est structuré en parallèle, déménageant notamment au stade Gerland en janvier dernier.

Lyon (27 pts), déjà neuf longueurs devant le septième et premier non qualifié (Pau), peut-il imiter La Rochelle, leader surprise de la dernière saison régulière qui reçoit dimanche (16h50) le Racing 92? Il en a les moyens, fort d'un jeu complet et très pragmatique qui lui permet d'exceller hors de ses bases (trois victoires), souvent baromètre du fonds de jeu d'une équipe. Non qualifié pour la Coupe d'Europe, il pourra de plus faire reposer ses cadres en Challenge européen. Et en saura un peu plus en novembre-décembre sur le rôle qu'il peut réellement jouer: après Oyonnax, il accueillera en effet La Rochelle et Toulouse, et se déplacera à Clermont, Toulon et Montpellier.

Bordeaux, nouveau cru

Montpellier (2e, 24 pts), justement, a montré sur la pelouse du Stade Français qu'il était encore en rodage. Ce qu'un départ tonitruant, à la faveur d'un calendrier favorable (Agen, Oyonnax, Brive), avait légèrement occulté. Le jeu complet prôné par Vern Cotter se fait attendre, même s'il est plus facile à mettre en place avec Aaron Cruden, blessé samedi.

La Rochelle, habitué aux festivals devant son public, a éprouvé beaucoup de difficultés pour dominer le Racing 92 (16-9) et ainsi coller à la tête du Top 14, dimanche lors de la 7e journée. Les Maritimes, qui avaient inscrit 108 points lors de leurs deux premières sorties à Marcel-Deflandre (51-20 contre Clermont et 57-12 face à Oyonnax), ont été contrés par les Franciliens dans un match très engagé mais sans envolées et pollué de nombreuses fautes et approximations.

Ils ont cependant assuré l'essentiel pour ravir à la différence générale la troisième place à Bordeaux-Bègles (22 pts), à deux longueurs de Montpellier et à cinq du nouveau leader, Lyon. Le Racing (8e, 16 pts) reste de son côté en dehors des six premières places, qualificatives pour la phase finale, après cette troisième défaite de suite.

Bordeaux-Bègles (3e, 22 pts, avant Toulouse-Clermont dimanche à 21h00) n'a lui pas changé de manager cet été, puisque Jacques Brunel avait déjà pris du galon en fin de saison dernière. Mais sa griffe est plus visible: l'UBB, même si elle est habituée aux bons départs avant de fléchir en fin de saison, est davantage complète et puissante devant. En témoigne ce groupé-pénétrant qui a avancé sur 25 mètres pour aboutir à un essai de pénalité (50e), samedi contre Toulon (5e, 19 pts), battu 30 à 27. Comme Lyon, il ne joue pas la Coupe d'Europe, et pourra souffler ces deux prochaines semaines avant deux déplacements corsés, sur la pelouse du Racing 92 et à Toulouse.

Match à trois derrière

Derrière, c'est un peu plus clair: la première victoire de la saison de Brive (27-22 contre Castres), les nouvelles défaites à la maison des deux promus, Agen et Oyonnax (16-19 contre Pau), et la victoire du Stade Français ont resserré les positions. Un match à trois semble se dessiner entre Brive (14e, 5 pts), Agen (13e, 6 pts) et Oyonnax (12e, 7 pts) pour éviter la 14e place, synonyme de descente directe, et la 13e (match d'accession-relégation contre le finaliste de Pro D2).

(avec AFP)

L'actualité de votre équipe

Le calendrier de la saison en détail