Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Angelina Jolie a subi une ablation préventive des deux seins

-
Par , France Bleu

Angelina Jolie a révélé ce mardi avoir subi une double mastectomie préventive. Dans une tribune du New York Times, l'actrice américaine mondialement connue explique être porteuse d'un gène défectueux lui faisant courir un risque accru de contracter un cancer du sein ou des ovaires.

Angelina Jolie en conférence, le 11 avril 2013
Angelina Jolie en conférence, le 11 avril 2013 © Maxppp

"J'ai commencé par les seins, le risque de cancer du sein étant plus élevé que le risque de cancer des ovaires, et l'opération plus complexe." Angelina Jolie révèle dans une tribune du New York Times, ce mardi 14 avril, qu'elle a subi une double mastectomie préventive (amputation des deux seins).

L'actrice américaine de 37 ans qui a perdu sa mère des suites d'un cancer, explique être porteuse du gène BRCA1, l'un des gènes qui accroît le risque de cancer : "Les médecins ont estimé que j'avais 87 % de risques de contracter un cancer du sein et 50 % de risque de cancer des ovaires."

"L'impression d'être dans un film de science-fiction"

Avec humour, elle décrit les trois mois de préparation médicale avant l'intervention - une opération qui donne "l'impression d'être dans un film de science-fiction" - et la reconstruction de sa poitrine, neuf semaines après la double mastectomie. Et rassure : "Vous vous réveillez avec des tubes de drainage et des extenseurs dans vos seins. [...] Mais quelques jours après l'opération, vous pouvez revenir à une vie normale." Désormais, elle affirme avoir ramené les risques de cancer du sein à 5 %.**

"Personnellement, je ne me sens pas moins femme. Je me sens plus forte d'avoir fait un choix important qui ne diminue en rien ma féminité." Sa tribune est un signe fort. Célèbre pour sa carrière d'actrice mais aussi pour sa plastique, Angelina Jolie espère ainsi inciter d'autres femmes à se faire dépister des gènes BRCA1 et BRCA2.

Inciter les autres femmes à agir

"Si je m'exprime aujourd'hui sur ce sujet, c'est parce que j'espère que d'autres femmes pourront profiter de mon expérience." Fortement engagée auprès des femmes (pas plus tard que le 11 avril dernier, elle participait à Londres à une conférence contre les violences sexuelles faites aux femmes dans les pays en conflits), Angelina Jolie a dit regretter que le dépistage génétique du cancer soit si coûteux - près de 3.000 dollars aux États-Unis.

En France, le dépistage génétique est méconnu. Olivier Caron, généticien-oncologue à Institut de cancérologie Gustave Roussy, explique comment les patientes ayant contracté précocément un cancer ou dont plusieurs membres de la famille ont eux-même eu un cancer par le passé, peuvent avoir recours à un dépistage génétique :

Le dépistage génétique expliqué par le généticien-oncologue Olivier Caron de l'Institut Gustave Roussy

L'ablation n'écarte pas le risque de cancer dans d'autres parties du corps

Outre-Atlantique, le recours à la mastectomie est fréquent, notamment pour éviter tout risque de récidive. Mais l'ablation de la poitrine ne réduit pas les risques de cancer dans d'autres parties du corps. Le docteur Caron rappelle aussi qu'en France, les techniques de prévention sont multiples, même si l'ablation préventive est aussi réalisée.

Olivier Caron, IGR : prévention du cancer et mastectomie

Pour éviter les longues semaines d'attente qui renforcent souvent l'inquiétude du patient, des dépistages "en un jour" sont mis en place dans les instituts de cancérologie, à l'image de l'IGR.

Selon l'Apremas, le centre de coordination du dépistage des cancers, le cancer du sein est l'un des cancers les plus fréquents chez les femmes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess