Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Angers, une mère soupçonnée d'avoir tuée sa propre fille

mercredi 7 août 2013 à 9:08 France Bleu

Une femme de 47 ans a été mise en examen, le week-end dernier, à Angers, pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans. Elle aurait administré une injection létale à sa fille, âgée de 6 ans. La femme a reconnu les faits, et affirmé avoir tenté de se suicider par la suite.

Carte de situation d'Angers
Carte de situation d'Angers © IDÉ

Les faits sont survenus mercredi dernier au domicile d'une mère séparée depuis plusieurs années du père de son enfant. La mère aurait volontairement donné la mort à sa fille, âgée de 6 ans, avec une piqûre mortelle. La mère et sa fille ont été retrouvées inanimées par un ami de la famille ; l'enfant est décédé à l'hôpital le lendemain.

"Plusieurs seringues et aiguilles, et des produits vétérinaires ont été retrouvés " sur les lieux, a expliqué le procureur de la République adjoint d'Angers, François Touron. "Les examens médicaux de l'enfant ont permis de relever des traces de piqûre sur les bras ", ajoute-t-il. Une enquête en cours tente de déterminer les produits qui ont été administrés.

La mère a tenté de se suicider

La mère a avoué les faits, ainsi qu'une tentative de suicide, au cours de sa garde à vue : "Elle a reconnu avoir volontairement donné la mort à sa fille en lui injectant des produits anesthésiants et euthanasiants avant de s'administrer elle-même un produit euthanasiant. Elle avait auparavant euthanasié ses deux chiens ", ajoute le procureur adjoint de la République.

Elle a également laissé une lettre précisant ses intentions. Mais ce courrier n'éclaire pas les enquêteurs sur les motivations de la mère, secrétaire dans un cabinet vétérinaire. "Il n'y avait pas de signe avant-coureur dans l'environnement de l'enfant qui aurait pu annoncer le drame ", selon François Touron.