Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

ArcelorMittal : un accord social trouvé à Florange

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

C'est au terme d'une réunion de plus de 9 heures que syndicats et direction sont parvenus à s'entendre ce mercredi sur un protocole d'accord. Il prévoit et encadre les départs et reclassements des 621 salariés touchés par l'arrêt des hauts-fourneaux.

Manifestation de salariés d'ArcelorMittal Florange devant les Grands Bureaux, le 29 mai 2013.
Manifestation de salariés d'ArcelorMittal Florange devant les Grands Bureaux, le 29 mai 2013. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Les deux premiers rendez-vous n'avaient rien donné, c'est finalement lors de la troisième réunion que les négociations ont pu aboutir. Tout s'est donc joué ce mercredi après-midi, dans une salle des grands bureaux, sous la clameur des quelques 500 salariés venus marquer leur présence devant l'immeuble.

Dès 13h, il y a du monde et ça s'entend. C'est même indispensable selon les représentants syndicaux. "Je rappelle que c'est la première fois en 23 mois qu'on voit tant de monde rassemblé sans que nous soyons obligés de bloquer les entrées , rappelle Édouard Martin, de la CFDT. Et ça a pesé sur la réunion parce que nous sommes rentrés beaucoup plus fort en négociation. "

Négos Arcelor WEB

Autour de la table, syndicats et direction. Ils doivent s'entendre sur ce qu'on appelle le volet social de la fermeture des hauts-fourneaux, c'est-à-dire les conditions de départ et de reclassement des 621 salariés concernés par l'arrêt de la filière liquide. Les syndicats ont établi une liste de revendications précises (prime de mutation, mois de salaires versés en cas de départ anticipé à la retraite, politique d'embauches), bien au delà des propositions qui ont déjà été effectuées par la direction.

"Si ça dure, c'est bon signe"

À chaque suspension de séance, les regards se tournent vers les délégués. "Ça avance ", répondent-ils, sans trop de précision. Petit à petit, le parvis des grands bureaux se vide, à mesure que le temps passe. Les avis des salariés oscillent entre ceux qui considèrent que "si ça dure, c'est bon signe " et ceux qui pensent l'inverse.

Manifestation de salariés d'ArcelorMittal Florange dans les Grands Bureaux, le 29 mai 2013.
Manifestation de salariés d'ArcelorMittal Florange dans les Grands Bureaux, le 29 mai 2013. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Il est désormais 21h, ultime suspension de séance. Au local syndical CFDT, on a commandé des pizzas pour tenir le coup. De son côté, le directeur des ressources humaines d'ArcelorMittal Florange fait le point avec sa hiérarchie. Et vers 22h40, enfin, un compromis est trouvé entre toutes les parties.

3.600 euros de prime

L'accord prévu apporte des réponses très précises aux revendications des syndicats. Tout d'abord, on y trouve une mesure concernant les salariés qui ont perdu leur poste et qui vont être mutés ailleurs sur le site de Florange. Ils toucheront une prime de 3.600 euros, en deux fois, pour accompagner ce changement de carrière forcé. Ceux, en revanche, qui auraient fait le choix de partir sur un autre site du groupe se verront verser une indemnité équivalant à 3 mois de salaire brut. Un certain nombre de salariés des hauts-fourneaux vont aussi prendre leur retraite, anticipée, souvent. Ceux-là toucheront une somme comparable à une indemnité de licenciement, à hauteur de 12 mois de salaires. Mais l'accord va également concerner tous les salariés du site, puisque d'ici au 31 mars prochain, ils seront tous augmenté de 50 à 80 euros par mois.

"Préparer demain"

Sur les visages, évidemment, un franc sourire s'affiche. "On a fait un travail extraordinaire pour arriver à ce consensus , explique François Pagano, de la CFE-CFC. Tout le monde est gagnant, on est tous sortis de cette réunion la tête haute. "

Négos Arcelor 1

Édouard Martin est lui aussi satisfait du consensus qui a été trouvé avec la direction. "Nous voulions que ceux qui ont perdu un emploi soient assurés d'en retrouver un sans perte de salaire. Ça c'est acté ! " Mais pour l'emblématique leader du mouvement, cet accord permet aussi et surtout d'envisager l'avenir : "On veut préparer demain, les 3, 4, 5 ans qui arrivent. Et pour préparer demain, il faut ouvrir la porte des entreprises et embaucher des jeunes. " Un avenir auquel se serait également engagé la DRH de Florange. Des embauches devraient avoir lieu à partir de l'année prochaine.

Négos Arcelor 2

L'accord va maintenant être formalisé et rédigé noir sur blanc par les services de la DRH d'ArcelorMittal. Il sera soumis à lecture lors de la dernière réunion consacrée au volet social, où il devrait être modifié à la marge et signé. Ce sera le vendredi 7 juin.

À noter que la direction du site de Florange n'a pas répondu à nos sollicitations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess