Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au domaine Bernard-Bonin à Meursault, les vendanges ont déjà commencé

mercredi 26 août 2015 à 19:43 Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne

Avec la canicule de cet été, les vendanges sont plus précoces que d'habitude en Bourgogne. Sur la Côte de Beaune, ça commence dès cette semaine pour les vins blancs. Au domaine Bernard-Bonin à Meursault, une vingtaine de vendangeurs ont donc attaqué la première parcelle ce mercredi matin.

A raison de sept heures par jour, les saisonniers devraient mettre une semaine à vendanger les sept hectares du domaine.
A raison de sept heures par jour, les saisonniers devraient mettre une semaine à vendanger les sept hectares du domaine. © Radio France - Marion Bastit

Ca y est, les vendanges commencent sur la Côte de Beaune . Avec la canicule du mois de juillet, la récolte est plus précoce que les autres années. Ça démarre avec le chardonnay, pour les vins blancs .

Ce mercredi matin , une vingtaine de vendangeurs ont donc attaqué la première parcelle du domaine Bernard-Bonin à Meursault . À raison de sept heures par jour, payées au Smic, il devrait leur falloir une semaine pour venir à bout des sept hectares de vigne du domaine.

 

Au domaine Bernard-Bonin, les vendangeurs travaillent sept heures par jour, payées au Smic. - Radio France
Au domaine Bernard-Bonin, les vendangeurs travaillent sept heures par jour, payées au Smic. © Radio France - Marion Bastit

 

Accroupie entre deux rangées de vignes, Sandra manie le sécateur à la perfection. À ses pieds, un grand seau noir où s'entassent les grappes de raisin. C'est la troisième année qu'elle fait les vendanges, alors elle sait déjà qu'il faut faire attention "à ses doigts. Vérifier que le raisin est mûr, et vérifier qu'on ne met pas de feuilles dans le seau."

**

Plus de 50 kilos sur le dos

Un peu plus loin, Maurine commence à fatiguer. "On est tout le temps accroupi, ou alors on se relève, on se baisse... Du coup j'ai un peu mal au dos. C'est le premier jour, après je pense que ça ira mieux."

**

Lorsqu'elle est pleine, la hotte peut peser plus de 50 kilos. - Radio France
Lorsqu'elle est pleine, la hotte peut peser plus de 50 kilos. © Radio France - Marion Bastit

 

Dès que les seaux sont pleins, Simon passe entre les vignes avec sa hotte sur le dos. Il peut porter plus de 50 kilos. "C'est physique mais bon, il fait beau donc ça va. Après il y a les courbatures. Là on est le premier jour, mais petit à petit ça va être de plus en plus dur."

**

Sitôt cueilli, sitôt pressé

Bientôt, la première benne est pleine, et le camion rentre au domaine. Le raisin est déchargé directement sur le tapis roulant qui le précipite dans le pressoir. Une benne de 30 hectolitres de raisin peut donner entre 15 et 17 hectolitres de jus.

Quelques minutes plus tard, les premières gouttes de jus de la saison s'écoulent dans la cuve. Aussitôt, Véronique Bernard, la viticultrice, s'empresse de goûter. "Il est bien sucré" , apprécie-t-elle. "Il est très bon, je suis très contente" , renchérit sa mère, Geneviève Michelot.

 

"Il n'y a pas de date exacte pour commencer les vendanges, on fait ça au feeling" Véronique Bernard, viticultrice