Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au menu de la conférence sociale, le dossier explosif des retraites

-
Par France Bleu

Lundi, le Premier ministre reçoit les syndicats et organisations patronales pour préparer la conférence sociale des 20 et 21 juin. Au menu : la réforme des retraites, pressée par Bruxelles, un dossier explosif où se crisperont les positions des uns et des autres.

Au premier rang des sujets crispants, l’épineux dossier des retraites
Au premier rang des sujets crispants, l’épineux dossier des retraites © Maxppp

Avec l’été, viennent les orages. Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, l’a déjà prévenu lundi : la conférence sociale de juin risque d'être beaucoup plus tendue que l'année dernière .

Bruxelles presse le pas

Au premier rang des sujets crispants pour les partenaires sociaux qui se réuniront les 20 et 21 juin, l’épineux dossier des retraites, à traiter d’urgence pour rassurer Bruxelles qui s’impatiente de voir le gouvernement français s’atteler à réduire un déficit qui risque de pointer à 20 milliards d’euros d’ici 2017. Le gouvernement, qui recevait lundi les partenaires sociaux les uns après les autres pour préparer la conférence, a promis une  réforme d’ampleur et devrait prendre le temps nécessaire à l’élaboration d’un texte pérenne.

Ne pas dévoiler ses cartes trop vite

Autour de la table, tout le monde s’accorde sur un point : une réforme d’ampleur est nécessaire. Au-delà, pas de salut : alors que la réforme de 2010 fera de toute façon passer l'âge minimum à 62 ans,  FO et la CGT ont déjà annoncé qu’ils rejetteraient tout nouveau report de l'âge de départ. Côté patronat, le Medef appelle à une réforme profonde, à revenir sur chacun des 35 régimes, et à augmenter la durée de cotisation. Rien de neuf sous le soleil : chacune des parties campe sur ses positions traditionnelles, sans avancer davantage dans le détai l. Comme une manière d’avancer prudemment, et laisser le gouvernement abattre ses cartes pour commencer ensuite à négocier.

Etendre la désindexation

Côté gouvernement, la commission chargée de défendre les propositions de l’exécutif aux partenaires sociaux devrait proposer une extension de la désindexation des pensions de l'inflation . La désindexation avait été adoptée en mars pour les retraites complémentaires du privé, mais pourrait être étendue aux autres régimes de retraite, dont le régime de base du privé . Au ministère des Affaires sociales, on évoque un effort nécessaire… Ailleurs, on grommelle que la mesure grignotera injustement le pouvoir d’achat des retraités.

Augmenter la durée de cotisation

Plutôt qu’un relèvement de l’âge minimum de la retraite, qui n’épargnerait pas ceux qui ont commencé à travailler très jeune, la durée de cotisation nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein, actuellement fixée à 41,5 ans pour la génération née en 1955, pourrait être augmentée .

réforme retraite
réforme retraite
Choix de la station

À venir dansDanssecondess