Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au parloir de la prison de Périgueux, une femme cachait un câble de portable et du cannabis dans son intimité

mardi 20 août 2013 à 13:51 Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord

Une femme a été interpellée hier lundi après-midi au parloir de la maison d'arrêt de Périgueux. Elle portait en elle, cachés dans un préservatif, un chargeur de téléphone, de la résine de cannabis et un billet de 20 euros. Elle était venue rendre visite à un détenu.

maison d'arrêt de Périgueux
maison d'arrêt de Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

Vers 16h hier, la police a interpellé une femme de 43 ans au parloir de la maison d'arrêt de Périgueux. La visiteuse qui avait fait sonner le portique de détection était en train de retirer ses chaussures quand un paquet est tombé entre ses jambes.

Elle cachait le cordon du portable dans un préservatif

Dans le préservatif qu'elle avait caché dans son sexe, les gardiens ont trouvé un câble de téléphone portable, un billet de 20 euros et 4 grammes de résine de cannabis. La femme, bien connue des services de police, ne portait pas de culotte et avait fendu son pantalon pour pouvoir mieux extraire le paquet.

Les détenus font preuve de plus en plus d'ingéniosité

Selon les syndicats de gardiens de prison, les détenus et leurs proches font preuve de plus en plus d'ingéniosité pour introduire à l'intérieur des prisons des objets interdits. Pour Denis Coque, délégué régional du syndicat UFAP, " cela devient une pratique quotidienne". Des syndicats qui regrettent que la loi de 2009 interdise les fouilles systématiques de détenus, qui selon eux seraient plus efficaces pour lutter contre l'augmentation des trafics.

La femme devra s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Périgueux en novembre prochain.

portable cannabis et préservatif au parloir de la maison d'arrêt de Périgueux