Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bac : les profs invités à gonfler les notes dans l'académie d'Orléans-Tours?

-
Par , France Bleu Touraine

Le syndicat Sud-Education d'Indre-et-Loire accuse les responsables de l'académie Orléans-Tours de tricher au bac français, selon le Figaro. L'inspection régionale a distribué aux correcteurs une grille de notation qui peut gonfler les notes des candidats, à l'oral. La grille de notation est sur 24 points, alors que la note est sur 20.

Une salle d'examens
Une salle d'examens © Maxppp

Cette double notation qui aurait été imposée aux correcteurs serait liée aux mauvais résultats de l'académie d'Orléans-Tours, classée 22e académie française, juste avant celle de Nancy-Metz, soit 1 point et demi en dessous de la moyenne nationale.Pour corriger ce retard, le rectorat aurait donc, dès le mois d'octobre denier, sensibilisé les enseignants sur leurs notes jugées trop mauvaises.

"Il faut penser positif", selon l'académie

Quelques mois plus tard, toujours selon les informations du Figaro, une deuxième réunion va plus loin : on fait clairement comprendre aux correcteurs qu'ils feront l'objet d'une inspection si ils continuent d'avoir la main lourde, et reçoivent une grille d'évaluation régionale.Dans cette grille, officieuse, les élèves sont notés sur 24 et chaque compétences est détaillée.

Les redoublements coûtent cher

Pour le syndicat Sud, cette affaire remet en cause la notation égalitaire des candidats. Pourquoi ne pas accepter une contre-performance de l'académie, s'interroge le syndicat ? Un point d'échec supplémentaire au bac peut se traduire par 2.000 élèves à faire redoubler. Un coût non négligeable pour une académie.

Des informations démenties ce matin par Geneviève Fioraso, la ministre de l'enseignement supérieur : "A aucun moment il n'a été demandé de noter sur 24 ", a-t-elle répondu à sur France Info. Mais elle admet que "s'interroger sur la façon de noter est tout à fait normal " et se passe "dans toutes les académies ".

9h Fioraso

 

Une fiche de barème sur 20. Une autre, officieuse, sur 24 ?

Choix de la station

France Bleu