Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bac : une mère tente de remplacer sa fille à son oral d’anglais

-
Par , France Bleu

Une maman attentionnée a tenté mercredi après-midi de remplacer sa fille lors de l’épreuve orale du baccalauréat d’anglais. Le crime était presque parfait ...

L'infortunée maman a été dénoncée par une surveillante qui surveillait sa fille lors de l'épreuve précédente.
L'infortunée maman a été dénoncée par une surveillante qui surveillait sa fille lors de l'épreuve précédente. © Maxppp - Photo d'illustration

Sous les ors des grands rituels de passages, certains choisissent, plutôt que de marcher d’un pas franc devant l’épreuve, de la contourner. Le baccalauréat n’échappe pas à la règle : chaque année, d’ingénieux lycéens s’essaient à qui mieux mieux au jeu de la tricherie préméditée, avec plus ou moins de sophistication. Il y a les rubans de papier magique à dérouler, les antisèches dans le stylo, le smartphone gonflé à la loi de Poisson, ou le dictionnaire de latin écrit sur le bras. Dans les rangs de cette armée souterraine, il y a aussi les courageux fantassins, ceux qui osent tout. Et à découvert.

Le crime était presque parfait

Parmi eux, cette année, se distingue cette attentionnée maman d’une cinquantaine de printemps qui, pensant probablement bien faire, a entendu remplacer sa fille lors de son angoissant oral d’anglais. Le crime était presque parfait : dans l’ombre des couloirs des lycées, d’une silhouette à l’autre, l’air de famille pouvait pallier au grain douteux de la vieille photo de la carte d’identité.

L’oeil de la surveillante

A malines, maline et demie : c’était sans compter la vigilance de la surveillante qui officiait déjà quelques jours plus tôt sur les lieux du drame à venir. Ni une ni deux, cette dernière, qui avait vu lors de l’épreuve précédente le (vrai) visage de la jeune fille, exclue d’office l’hypothèse de la terrible marque du temps sur la chair des hommes (-et donc des femmes-) qui vieillissent et prévient le proviseur de ce lycée du Xe arrondissement.

Un proviseur, des policiers, et des regrets

La police, prévenue par lui vers 15h30, est dépêchée sur les lieux et embarque manu militari la zélée maman pour l’entendre "librement" au commissariat (entendre par là qu'elle ne sera pas mise en garde à vue). Nul ne sait à cette heure quelles suites seront données à cette regrettable entorse au règlement. Tout au moins pressent-on que si la jeune candidate redouble, sa mère bienveillante aura juré avant l’août que l’on ne l’y reprendra certainement plus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu