Bassin d'Arcachon : l'interdiction de vente d'huîtres sera-t-elle levée ce jeudi ?

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde mercredi 4 juin 2014 à 17:06

Bassin d'Arcachon : l'interdiction de vente d'huîtres sera-t-elle levée ce jeudi ?

La préfecture de la Gironde doit dire ce jeudi si l'interdiction de la vente et de la consommation d'huîtres du Bassin d'Arcachon est levée ou non. En attendant la publication des dernières analyses chimiques, les ostréiculteurs envisagent de s'approvisionner à Marennes ou en Normandie.

Les stocks d'huîtres en bassins fermés fondent comme neige au soleil - Radio France
Les stocks d'huîtres en bassins fermés fondent comme neige au soleil © Radio France
C'est ce jeudi que les ostréiculteurs du Bassin d'Arcachon sauront si leurs huîtres sont oui ou non consommables ou si elles restent interdites à la consommation pour deux semaines supplémentaires. Les analyses de toxicité conduites par IFREMER doivent être publiées par la préfecture dans les heures qui viennent.

Pour être précis les huîtres du Banc d'Arguin resteront, quoi qu'il arrive, interdites à la consommation au moins une semaine de plus, car il faut deux semaines de résultats positifs pour lever l'interdiction et les tests conduits la semaine derniere se sont révélés négatifs. En revanche la bonne nouvelle pourrait venir dès ce mercredi  pour les huîtres de l'intérieur du Bassin (Grand Banc) qui ont bénéficié d'un test positif il y a sept jours de cela.Depuis l'apparition des problèmes sanitaires, de nombreux ostréiculteurs continuent à commercialiser des huîtres qu'ils avaient pris soin de stocker mais ces stocks diminuent à vue d'oeil. Certains producteurs commencent déjà à s'approvisionner à Marennes-Oléron ou en Normandie.

"Je possède des parcs à huîtres en Normandie et j'ai déjà commencé à en récupérer pour les stocker dans mes bassins à circuit fermés de La Teste." — Une productrice au port du Rocher

Il ne faudra donc pas s'étonner de retrouver des huîtres venues d'ailleurs  sur les stands des ostréiculteurs d'Arcacon. La provenance des  bourriches sera évidemment clairement identifiée.  Les consommateurs joueront-ils le jeu ? En tout cas les professionnels expliquent qu'il vaut mieux vendre des huîtres venant d'ailleurs que fermer boutique.

"On préfère vendre des huîtres de Marennes-Oléron que d'être obligé de fermer boutique"