Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Belmokhtar le revenant revendique les attentats au Niger

C'est un djihadiste algérien, Mokhtar Belmokhtar, qui a revendiqué les attaques perpétrés jeudi au Niger, qui ont tué une vingtaine de personnes. Problème : cet ancien chef d'Aqmi était censé être mort.

Mokhtar Belmokhtar Mokhtar Belmokhtar
Mokhtar Belmokhtar © Maxppp

La France directement menacée

C'est un groupe intitulé "Les signataires par le sang", dirigé par Mokhtar Belmokhtar dit "le Borgne", qui a revendiqué l'opération spectaculaire menée ce jeudi au Niger . Le pays était pour la première fois la cible d'attentats de ce type : deux voitures piégées ont explosé près d'une base militaire à Agadez et sur le site du groupe nucléaire français Areva à Arlit. Une vingtaine de personnes sont mortes.Dans un communiqué mis en ligne sur des sites islamistes, Belmokhtar a annoncé "plus d'opérations", en menaçant directement les pays qui sont engagés dans l'opération au Mali. Les pays occidentaux, à commencer par la France, mais égalemement "tous les pays qui ont l'intention de participer" à la force africaine déployée sur place.

Publicité
Logo France Bleu

L'ancien d'Aqmi a pris son indépendance

Pourtant, le Tchad avait donné Belmokhtar pour mort depuis avril dernier. Ce chef djihadiste a crée fin 2012 sa propre unité combattante, les "Signataires par le sang", pour s'affranchir de la tutelle d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avec laquelle il est entré en dissidence en octobre 2012, selon des experts. Il est aussi surnommé "Mister Marlboro", en référence à ses activités de contrebande de cigarettes.Est-ce bien son groupe qui a perpétré les attaques au Niger ? Difficile à dire. Le Mujao, l'un des groupes armés islamistes qui occupaient le nord du Mali depuis 2012 avant d'en être chassés depuis janvier par une opération franco-africaine, a également revendiqué ces attaques.

Carte de localisation d'Arlit et Agadez (Niger)

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu