Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Brésil : les plus grandes manifestations depuis 20 ans

-
Par France Bleu

Plus de 100.000 personnes ont manifesté à Rio et dans d'autres villes brésiliennes, à un an du début de la Coupe du Monde de football. Les défilés, d'abord pacifiques, ont dégénéré en violences. Des manifestants sont montés sur le toit du Parlement.

L'une des manifestations à Sao Paulo
L'une des manifestations à Sao Paulo © Maxppp

Depuis 1992 et les manifestations contre la corruption du gouvernement de Fernando Collor de Mello, jamais une telle grogne populaire n'avait été observée au Brésil. Lundi, quelque 100.000 personnes ont manifesté à Rio de Janeiro, et en tout 200.000 dans tout le pays. Les manifestants, en majorité des jeunes, s'étaient donné rendez-vous via les réseaux sociaux pour exprimer leur perte de "confiance dans les partis politiques ".

Ils protestaient notamment contre l'augmentation des tarifs des transports publics. L'annonce, dévoilée la semaine dernière, a donné naissance à un mouvement apolitique de contestation. Mais au-delà, ils manifestaient aussi contre les dépenses conséquentes engagées dans la préparation de la Coupe du Monde de football, qui démarrera dans un an, le 16 juin 2014.

A Rio, 27 personnes blessées

Si les défilés ont débuté de manière pacifique, ils ont dégénéré à la tombée de la nuit. A Rio, quelques dizaines de manifestants ont pris d'assaut le parlement d'Etat de Rio. Ils ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Ailleurs en ville, des poubelles ont été incendiées et des vitres cassées, pendant qu'une partie des manifestants appelait à cesser le vandalisme. Sept manifestants et 20 policiers ont été blessés.

Dans la capitale Brasilia, où 5.000 manifestants ont défilé, environ 200 d'entre eux sont montés sur le toit du Parlement. Une fois au sommet, ils ont chanté l'hymne brésilien, avant de descendre spontanément. Leur objectif : montrer que "c'est le premier pas pour montrer que nous ne sommes pas morts", explique l'un des manifestants. A Sao Paulo en revanche, les manifestants n'ont pas réussi à envahir le parlement local.

La présidente Dilma Roussef a affirmé que "les manifestations pacifiques sont légitimes ". Quelques heures plus tôt, son ministre des Sports Aldo Rebelo avait menacé : "Nous ne permettrons pas que des manifestations perturbent les événements que nous nous sommes engagés à réaliser ". Même si la présidente Rousseff reste favorite pour l'élection de 2014, le gouvernement est en chute dans les sondages, avec une baisse de huit points en juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu