Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chantage au suicide chez ThyssenKrupp à Florange

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

Émotion ce mercredi après-midi dans un atelier de l'usine ThyssenKrupp à Florange. 2 salariés licenciés menaçaient de se suicider en sautant d'un pont roulant à 8 mètres de hauteur. Après 5 heures de négociation, ils ont obtenu gain de cause.

image par défaut

Tout a commencé vers 12h. Les deux salariés qui travaillent pour un atelier employant 17 personnes et dont les portes doivent fermer fin juillet apprennent qu'ils vont être licenciés pour faute grave. C'est leur chef de service qui leur annonce la mauvaise nouvelle. Ni une ni deux, ils montent sur un pont roulant à plus de 7 mètres de hauteur et menacent de se suicider. Les deux employés mosellans réclament leur réintégration pour bénéficier du plan social mis en place par l'entreprise qui doit fermer cet atelier à la fin du mois de juillet. Des négociations débutent sous les yeux du sous-préfet, du premier adjoint au maire de Florange, des pompiers, de la police et du SAMU mobilisés. Dans un premier temps, les pompiers et le sous-préfet de Thionville tentent de les raisonner mais ils refusent toute négociation.

Licenciés mais pas pour faute grave

En milieu d'après-midi, la DRH de l'usine de pièce en métal entame une discussion avec les deux salariés toujours menaçant. Le contact est établi avec le siège en région parisienne. Et, peu avant 17h, une solution est finalement trouvée. Le licenciement pour faute grave (lié à des supposés propos racistes contre un collègue) des deux jumeaux qui travaillaient depuis 13 ans dans l'atelier de Florange est transformé en licenciement économique comme ils le souhaitent. Les deux pères de famille ne seront donc plus salariés de ThyssenKrupp dès lundi mais ils bénéficieront des mesures d'accompagnement prévu par le plan social : un mois et demi de salaire par année travaillée et trois mois d'accompagnement social par un cabinet de reclassement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess